/news/green
Navigation

[EN IMAGES] Ian continue de se déchaîner en Floride

Il s’agirait de l’un des cinq plus forts ouragans à avoir frappé cet État du sud des États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

Vent destructeur, maisons ravagées, inondations catastrophiques, coupures d’électricité par millions : l’ouragan Ian a frappé de plein fouet mercredi soir la côte ouest de la Floride, qui se préparait à une intensification de la tempête durant la nuit. 

• À lire aussi: Les ouragans n'effraient pas les Québécois en Floride

• À lire aussi: Cuba dévastée, la Floride se prépare au pire de l’ouragan Ian

• À lire aussi: Coupure de courant généralisée après le passage de l'ouragan Ian à Cuba

Photo AFP

« On sent vraiment que la nature se déchaîne et qu’il faut être prudent. C’est un ouragan qui est plus fort que ce que l’on connaît habituellement », a confié mercredi soir au Journal Dominic Therrien, un avocat québécois installé à Tampa Bay, en Floride.

Des villes de l’ouest de la Floride avaient des airs de fin du monde alors que l’ouragan Ian touchait terre le long de la côte de Cayo Costa avec des vents allant jusqu’à 220 km/h, en début d’après-midi, selon le Centre national des ouragans américain.

Tard mercredi soir, on ne répertoriait aucun mort ni blessé, mais les pompiers ont dû participer à plusieurs dizaines de sauvetages pour des résidents coincés chez eux.

Apocalyptique

Pour Zack Covey, spécialiste des ouragans, la tempête a été bien plus forte que prévu. 

Photo AFP

« Bien qu’elle ait été classée en catégorie 4 sur l’échelle de vent Safari-Simpson, elle n’était qu’à 2 miles à l’heure de la catégorie 5. C’est le niveau le plus élevé et nous voyons de telles tempêtes environ une fois tous les trois ans », a-t-il expliqué au Journal.

Photo AFP

Selon le gouverneur Ron DeSantis, il s’agirait d’ailleurs probablement « d’un des cinq plus forts ouragans ayant jamais frappé la Floride. »

Photo AFP

Les crues ont pu dépasser 3 mètres à certains endroits, provoquant des inondations « catastrophiques », selon les autorités.

Une rue inondée dans le centre-ville de Fort Myersen Floride, mercredi soir.
Photo REUTERS
Une rue inondée dans le centre-ville de Fort Myersen Floride, mercredi soir.

À Fort Myers, l’eau est montée si vite que des bateaux ont remplacé les voitures sur les routes. Des maisons ont également été emportées par les flots.

La ville de Naples y a goûté.
Photo tirée de TWITTER
La ville de Naples y a goûté.

Même chose du côté de la ville de Naples où les rues avaient des airs de rivières et où les voitures étaient emportées par les forts courants.

Dans certaines maisons, l’eau était montée à tel point que leurs propriétaires pouvaient nager dans leur salon.

Photo AFP

Des millions sans courant

  • Écoutez l'entrevue avec Patrick De Bellefeuille, Présentateur météo chez MétéoMédia et expert en changements climatiques à l’émission de Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 9 h 23 via QUB radio :

Pour Dominic Therrien, il est clair que les 24 prochaines heures seront difficiles pour les résidents de la Floride, qui étaient plus de 2 millions à avoir perdu l’électricité.

Brent Shaynore courait pour se réfugier à Sarasota.
Photo AFP
Brent Shaynore courait pour se réfugier à Sarasota.

« On attend la nuit avec beaucoup de craintes, car on sent que la tempête s’intensifie », a-t-il laissé tomber au téléphone.

Photo AFP

À Fort Myers, environ 96 % des résidents auraient perdu l'électricité, selon ce qu'a déclaré mercredi soir le maire de la ville, Kevin Anderson, à CNN.

Photo AFP

Au fil des heures, la tempête pourrait toutefois perdre de son intensité, a expliqué Zack Covey.

Photo AFP

« À mesure que Ian se déplace vers l’intérieur des terres, la tempête perd progressivement de sa force. Pour l’instant, on s’attend à ce qu’elle soit de catégorie 1 aux premières heures du matin demain et qu’elle devienne une forte tempête tropicale (ce) soir », a-t-il estimé.

« C’est une tempête dont on parlera pendant de nombreuses années », a de son côté renchéri le directeur des services météo américains, Ken Graham, en conférence de presse.

– Avec l’AFP

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.