/news/elections
Navigation

PSPP défend les propos controversés de deux candidates

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti Québécois a défendu des déclarations controversées sur la religion musulmane et les minorités visibles de deux de ses candidates, après leur avoir demandé de se rétracter ou effacer leurs publications.

• À lire aussi: La place de Paul St-Pierre Plamondon est à l’Assemblée nationale

«Pourquoi les minorités visibles résistent-elles autant lorsqu’elles se font arrêter? Je souhaiterais obtenir une réponse de quelqu’un qui en fait partie. Merci», a écrit sur Twitter en novembre 2021, Suzanne Gagnon, la candidate du PQ dans La Pinière.  

Mercredi matin, le chef du PQ a défendu les propos tenus par sa candidate, soutenant qu’il s’agissait d’une série de tweets et qui devait être considérée comme un ensemble. 

«Il y a deux tweets consécutifs et ils sont liés (...) Il manque le deuxième tweet (...) Ils vont ensemble (...) Il y a une suite», a affirmé le PSPP.  

Or, le chef se trompe. Suzanne Gagnon a bel et bien fait un autre tweet, mais deux mois plus tard. Le 11 janvier 2022, elle répondait à une critique sur les préjugés qu’elle entretient envers les minorités. 

«Je pense seulement que résister à une arrestation, c’est se mettre en danger pour rien, surtout si l’on fait partie d’une minorité visible à cause du profilage racial qui existe», s’est défendu la candidate du PQ. «Je trouve étrange que vous me perceviez comme un raciste, car j’ai et j’ai eu des ami(e)s issu(e)s des minorités.» 

Autre intention, plaide PSPP

Paul St-Pierre-Plamondon a ensuite affirmé qu’il ne défendait pas sa candidate, qu’il lui avait même demandé de s’excuser et d’effacer la publication. «Je lui ai demandé de retirer ça, car c’est très maladroit», a-t-il dit, tentant ensuite de nuancer les propos de Mme Gagnon. 

«Ce qu’elle dit c’est que le profilage racial existe. Clairement, son intention c’est qu’elle est inquiète des blessures subies lors des arrestations par des gens dans les minorités visibles.» 

Autre cas

Hier, le chef péquiste a également défendu sa candidate dans Sainte-Rose, Lyne Jubinville. Cette dernière a plusieurs fois critiqué la religion musulmane. 

«L’islam, ce n’est pas nous», a par exemple écrit la candidate et, «pourquoi les hidjabs envahissent de plus en plus notre paysage public?», a-t-elle aussi écrit. 

Mme Jubinville s’est amendée, ce qui a convaincu le chef péquiste de le garder dans ses rangs. 

Mercredi matin, il a plaidé que les propos de sa candidate n’étaient pas islamophobes, que Mme Jubinville était féministe et critiquait l’ensemble des religions monothéistes.   

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux