/sports/opinion/columnists
Navigation

Secteur Chaloupe, un plus pour les chasseurs d’Anticosti

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE CHALOUPE | En faisant l’acquisition de plusieurs territoires dans l’est de l’île d’Anticosti, la Sépaq Anticosti avait promis d’offrir aux chasseurs une expérience hors pair. Une partie de chasse dans le secteur de la rivière Chaloupe, la semaine dernière, nous a confirmé que la promesse a été tenue.

Pour moi, c’était un retour aux sources. En 1984, alors que la pourvoirie Cerf-sau débutait, le 1er septembre, date de l’ouverture de la première saison de chasse de l’histoire de la pourvoirie, j’ai récolté le premier chevreuil, un mâle de huit pointes. J’étais en compagnie du guide Michel Quévillon, qui est aujourd’hui chef guide du secteur Chaloupe.

« Nous avons vraiment acquis des infrastructures en excellente condition, qui offrent des conditions de séjour assez uniques pour les chasseurs, d’expliquer le grand patron de la Sépaq, Jacques Caron. De plus, les membres du personnel qui exploitaient cette pourvoirie pour Safari Anticosti et qui se sont joints à nous sont une richesse pour l’organisation. Nous avons vraiment une belle offre de chasse. »

Sur le site de Chaloupe, on retrouve une auberge et quatre chalets qui peuvent accueillir 32 chasseurs. Une équipe de huit guides s’assurent que vous faites la meilleure chasse possible. Au chapitre des repas, l’équipe de la cuisine ne ménage aucun effort pour vous offrir le meilleur.

L’impressionnante auberge du secteur Chaloupe domine le site. On y retrouve un confort et un service de repas hors pair.
Photo Julien Cabana
L’impressionnante auberge du secteur Chaloupe domine le site. On y retrouve un confort et un service de repas hors pair.

Pour chasser sur ce territoire, il ne faut pas craindre de marcher dans un des sentiers aménagés qui vous mènera le long de la rivière Chaloupe et de la Petite Chaloupe ou encore dans l’une des nombreuses plaines du territoire. Un peu partout dans les différentes zones, il y en a dix au total, on retrouve des caches très bien placées.

CHANGEMENT QUOTIDIEN

Durant votre séjour, vous faites la rotation des secteurs. Cela signifie que vous changez chaque jour de territoire, ce qui permet d’équilibrer les chances pour tous les chasseurs. 

Durant notre excursion, plusieurs chasseurs ont récolté des mâles adultes de huit et même neuf pointes. Ces bêtes étaient en très bonne santé, avec une morphologie et un poids très respectables. Aussi, nous avons pu apercevoir plusieurs femelles avec des veaux, ce qui confirme que l’hiver dernier a été clément pour les chevreuils. Ils ont passé un bel hiver et leur allure le prouve. En compagnie de notre guide, Benjamin Laliberté, un jeune de Québec promis à un grand avenir dans le domaine, nous avons pu parcourir beaucoup de territoire. À un moment donné, il m’a installé sur un promontoire, au-dessus d’une petite rivière qui serpentait dans des plaines à l’orée de la forêt. Il n’a fallu que quelques minutes pour que je voie apparaître un mâle et une femelle au loin qui se déplaçaient lentement en mangeant. Ils n’étaient pas à portée, mais quel spectacle ! La danse des chevreuils s’est poursuivie toute la journée. 

Pour ma deuxième journée de chasse, Benjamin m’a suggéré de m’installer dans une cache tout près d’un ruisseau, qui se jetait dans la rivière Chaloupe. Encore une fois, j’ai pu apercevoir très rapidement des chevreuils dans le petit champ devant moi. Soudain, sur ma gauche, un jeune mâle a apparu. J’ai réussi à le récolter. J’ai complété ma chasse avec une femelle, pour la qualité de la viande. Benjamin a aidé les quatre chasseurs du groupe à récolter chacun deux chevreuils.

Il n’était pas rare de voir régulièrement des chevreuils devant notre chalet comme ce jeune mâle.
Photo Julien Cabana
Il n’était pas rare de voir régulièrement des chevreuils devant notre chalet comme ce jeune mâle.

UNE NOUVELLE OFFRE INTÉRESSANTE

Lorsque la Sépaq a procédé à la transaction qui l’a amenée à exploiter les différents secteurs gérés auparavant par Safari Anticosti, on nous précisait que les chasseurs pouvaient maintenant compter sur une nouvelle offre de chasse d’une grande qualité. Mon séjour là-bas m’a confirmé qu’effectivement, Safari Anticosti avait développé des équipements de qualité sur des sites très bien aménagés, qui respectent la spécificité d’Anticosti. C’est tout à leur honneur.

Maintenant, la Sépaq Anticosti, qui est la plus grande pourvoirie au monde, peut recevoir 800 chasseurs de plus, sur des territoires giboyeux et avec des infrastructures de très grande qualité. Il faut aussi mentionner que l’accès à cette partie de l’île se fait de façon assez exceptionnelle avec un jet qui assure un vol direct vers l’aéroport de Safari Anticosti, depuis Montréal et Québec. Dans les faits, vous déjeunez chez vous et à midi, vous dégustez un excellent repas à l’Auberge de Chaloupe. Les chasseurs qui vont dans l’est de l’île depuis plusieurs années, dans les installations de la Sépaq, peuvent aussi profiter de ce nouvel accès, évitant ainsi des heures et des heures de voyage en camion depuis Port-Menier. Tout est à l’avantage des chasseurs.

Alors maintenant, si vous désirez profiter d’un des secteurs de chasse de la Sépaq, que ce soit depuis Port-Menier, qui demeurera toujours un pôle économique de premier plan, ou encore via le nouvel accès à l’est, faites vite. Les places sont plutôt rares pour la prochaine saison. Vous devez vous rendre sur le site de Sépaq Anticosti, appeler au 1-800-665-6527 ou encore directement au bureau de Port-Menier au (418)535-0231.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.