/sports/hockey
Navigation

Jon Goyens: un exemple de résilience chez les Eagles

Coup d'oeil sur cet article

Jon Goyens roule sa bosse depuis plusieurs années dans le monde du hockey. Au cours de son parcours, il a vécu plusieurs embûches qu’il a surmontées même s’il était occupé comme entraîneur.

• À lire aussi: L’ouragan Fiona cause des maux de tête aux Eagles

Il a fait montre d’une résilience peu commune. Ça lui a permis de devenir un meilleur entraîneur. 

« Ma première saison avec le Drakkar de Baie-Comeau s’est terminée avec le début de la pandémie, a raconté l’homme de 43 ans. Deux semaines après mon embauche, mon directeur général a été congédié. 

« Puis, le gars qui occupait l’intérim a eu un AVC [accident vasculaire cérébral]. Son remplaçant a fait six semaines avant l’embauche d’une quatrième personne pour le même poste. »

Décès de son père

Avant le début de sa première saison sur la Côte-Nord, deux membres de sa famille lui ont fait vivre des moments d’inquiétude. Tout d’abord, son fils a été hospitalisé pour une infection à un os. 

Par la suite, son père s’est retrouvé aux soins intensifs avant de rendre l’âme un mois plus tard. Durant la même période, ce fut au tour de son beau-père d’avoir des ennuis de santé. 

Après son passage avec le Drakkar, il a pris un peu de recul par rapport à sa passion. Puis, Sylvain Couturier a décidé de lui donner une deuxième chance dans le circuit Courteau. 

Une opportunité à 1500 kilomètres de son domicile familial. Il croyait qu’il en avait fini avec les embûches de la vie. Toutefois, il n’était pas au bout de ses peines. 

De bonnes histoires

À quelques jours du début de la saison régulière avec les Eagles, un adversaire de taille se dressait sur sa route et sur celle de ses joueurs : l’ouragan Fiona

« Ça fait de bonnes histoires ou peut-être un chapitre dans un livre futur, a blagué Goyens. La période où j’ai eu le plus peur, c’est le moment où mon fils s’est retrouvé à l’hôpital. J’ai vu d’autres enfants plus malades que lui et ça m’a permis de relativiser.

« Après toutes ces épreuves difficiles, je n’aurai jamais peur d’être congédié. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.