/news/elections
Navigation

Un ministère de l’Égalité au lieu d’un Secrétariat à la condition féminine, promet Duhaime

Le chef conservateur veut un maximum de 20 ministres

Un ministère de l’Égalité au lieu d’un Secrétariat à la condition féminine, promet Duhaime
TAIEB MOALLA / JOURNAL DE QUÉBEC / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Québec - Affirmant qu’un gouvernement ne devrait pas compter plus que 20 ministres, le chef conservateur créerait un ministère de l’Égalité qui prendrait notamment en charge les dossiers du Secrétariat de la condition féminine.

• À lire aussi: Legault «convaincu» d’avoir l’appui du maire Marchand

• À lire aussi: Vote par anticipation: les habitudes des électeurs ont changé, dit un politologue

• À lire aussi: Élections 2022: tout savoir sur l’environnement

La diminution du nombre de ministres est une mesure «symbolique» qui permettrait de réduire de quelques millions le train de vie de l’État québécois, mais qui enverrait surtout le bon message à la population, a avancé M. Duhaime, mercredi en fin de matinée, lors d’un point de presse tenu devant l’Assemblée nationale.    

«J’aimerais qu’il y ait un ministère de l’Égalité. Pas juste sur la condition féminine, mais sur l’ensemble des inégalités qu’il peut y avoir dans notre société, a-t-il expliqué en disant prendre modèle sur la France. On n‘est pas juste dans les programmes de discrimination qu’elle soit positive ou négative. Le Québec peut aller au-delà du simple fait d’avoir un ministère dédié à la condition féminine uniquement.» 

Ce futur ministère prendrait également sous son aile les prérogatives actuelles du Conseil du statut de la femme, a-t-il convenu.  

M. Duhaime a expliqué que le critère du sexe ou de la représentation régionale n’est pas pertinent dans la formation d’un conseil des ministres et que le plus important dans le choix des ministres est «la compétence». Sur 20 ministres, il pourrait donc y avoir 20 hommes ou 20 femmes ou encore dix hommes et dix femmes, a-t-il illustré.  

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Serrer la ceinture

Selon lui, «les contribuables se sont assez serré la ceinture, il est temps que le gouvernement du Québec serre la sienne et cela commence en donnant l'exemple avec son conseil des ministres». 

Quatre ministres délégués seraient d’ailleurs appelés à disparaître. Il s’agit de ceux à la Santé et aux Services sociaux, aux Transports, à l’Éducation et à l’Économie. 

M. Duhaime reconnaît qu’il est plus facile de faire ce type de promesse lorsqu’on est dans l’opposition et qu’on a peu de chances d’arriver au pouvoir. N’empêche, le gouvernement doit envoyer un «signal à la fonction publique et spécifiquement aux hauts fonctionnaires» en vue de réduire la taille de l’État et le nombre de limousines. 

Fatigue 

D’autre part, M. Duhaime a avoué mardi soir, lors d’une discussion sur Internet avec ses partisans, qu’il est fatigué et qu’il prendra une semaine de vacances après le 3 octobre, quel que ce soit le résultat du scrutin. 

Faut-il s’attendre à ce que le chef conservateur lève le pied au cours de ces derniers jours de la campagne électorale? «Non. Inquiétez-vous pas. Ce soir, vous n’irez pas coucher à 5 heures», s’est-il amusé.   

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux