/entertainment/movies
Navigation

«Viking»: un petit bijou d’humour absurde

Le long métrage séduit par son imagination débordante

Viking
Photo courtoisie, Films Opale Une scène du film Viking.

Coup d'oeil sur cet article

La science-fiction et la comédie ne font pas toujours bon ménage au cinéma. Avec Viking, son 4e long métrage, le cinéaste Stéphane Lafleur a réussi à marier brillamment les deux genres pour signer une comédie décalée des plus réussie. 

• À lire aussi: Tapis rouge pour l’équipe de Viking

• À lire aussi: Viking: la science-fiction décalée de Stéphane Lafleur

On s’était ennuyé de Stéphane Lafleur. Après avoir réalisé trois premiers longs métrages singuliers dotés d’une signature d’auteur très forte (Continental, un film sans fusil, En terrains connus et Tu dors Nicole), le cinéaste nous a fait patienter pendant huit ans avant de revenir avec ce savoureux 4e opus, assurément son meilleur et son plus accessible à ce jour.

  • Écoutez le segment culturel d’Anaïs Guertin-Lacroix diffusé chaque jour en direct 6 h 35 sur QUB radio : 

Le scénario de Viking (que Lafleur a coécrit avec Éric K. Boulianne) repose sur une idée totalement originale qui surprend d’entrée de jeu. On y suit le parcours de David (excellent Steve Laplante), un professeur d’éducation physique qui se porte volontaire pour collaborer à une mission habitée sur Mars.

Avec quatre autres volontaires québécois, David sera appelé à former une équipe B d’alter ego des cinq astronautes américains envoyés sur Mars. Ayant été choisis parce qu’ils ont chacun des profils psychologiques similaires à ceux de leurs homologues américains, nos cinq faux astronautes devront se prêter à une simulation de la mission martienne, isolés dans un bunker caché au milieu d’un désert des États-Unis. L’objectif ? Tenter d’anticiper et de régler à distance les problèmes interpersonnels rencontrés dans l’espace par les vrais astronautes.

Au bout du rêve

Stéphane Lafleur et Éric K. Boulianne auraient facilement pu s’éparpiller en s’aventurant dans l’écriture d’un scénario reposant sur un concept aussi riche et ambitieux. Mais les deux complices ont su maintenir une certaine authenticité dans leur récit en restant collés à ces personnages profondément humains appelés à jouer très modestement les seconds rôles dans cette mission beaucoup plus grande qu’eux.

Mis en scène avec une précision chirurgicale par Lafleur, Viking multiplie les situations absurdes et délirantes, distillant un humour fin et joyeusement décalé. Hilarant de voir Denis Houle (l’interprète de Monsieur Craquepoutte dans Toc Toc Toc) incarner le plus sérieusement du monde l’alter ego d’une astronaute américaine prénommée Elizabeth « mais que tout le monde appelle Liz »...

En plus de son humour irrésistible, son imagination débordante et sa touchante réflexion sur la nécessité d’aller au bout de ses rêves, le film épate aussi sur le plan visuel grâce notamment aux images sublimes et souvent poétiques de la directrice photo Sara Mishara (Les oiseaux ivres). Pour résumer le tout simplement : ce Viking est une grande réussite.


 

Viking ★★★★

Un film de Stéphane Lafleur

Avec Steve Laplante, Larissa Corriveau, Fabiola N. Aladin, Hamza Haq et Denis Houle. À l’affiche vendredi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.