/news/elections
Navigation

Entrevue avec Gabriel Nadeau-Dubois: la surtaxe solidaire pourrait être «ajustée»

GND assure qu’il est «parlable»

Quebec
Photo Stevens LeBlanc «Qui ne change pas en une dizaine d'années? J'ai pris de la maturité, de l'expérience, de la profondeur. Je n'ai aucun problème à le reconnaître», a souligné le co-porte-parole de Québec solidaire en revenant sur son passé de «carré rouge» lors d’une entrevue éditoriale avec notre Bureau parlementaire.

Coup d'oeil sur cet article

Gabriel Nadeau-Dubois se dit prêt à «ajuster» les modalités de la surtaxe qu’il promet d’imposer sur des véhicules plus polluants, dont la majorité des fourgonnettes, des VUS et des camionnettes font partie.

• À lire aussi: La pression s’accentue sur QS à Sherbrooke

• À lire aussi: Un ministère de l’Égalité au lieu d’un Secrétariat à la condition féminine, promet Duhaime

• À lire aussi: Entrevue avec Dominique Anglade: le «passé libéral» nuit au renouveau

L’imposition d’une surtaxe solidaire de 15% pourrait-elle être progressive? C’est l’un des éléments qui pourraient être discutés lors du «grand sommet national sur le climat» qu’un gouvernement solidaire tiendrait après son élection.

L’industrie serait aussi à la table, a assuré le co-porte-parole du parti, lors d’une entrevue avec notre Bureau parlementaire.

«S'il faut ajuster l'une ou l'autre des modalités de notre plan, on va dialoguer avec la société québécoise. D'ailleurs, tous les gouvernements font ça», a-t-il observé, à bord de son autobus de campagne.

Il se défend d’être «dogmatique»

Talonné à ce sujet, M. Nadeau-Dubois s’est défendu d’être «dogmatique», comme François Legault aime souvent le lui reprocher en mettant les Québécois en garde contre ce qu’il a dénommé la «taxe orange».

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

«Non, non, non! Si on prend le pouvoir le 3 octobre et qu'il faut discuter pour ajouter des modalités, il n'y a aucun problème à ça, on va le faire, [...] bien sûr qu'on est ouverts à le faire», a répété le leader de Québec Solidaire (QS).

Rappelons que, sous un gouvernement solidaire, l’imposition d’une surtaxe de 15% sur les véhicules émettant 210 grammes et plus de CO2 par kilomètre obligerait les familles qui veulent se procurer, par exemple, une Chrysler Grand Caravan à débourser 7500$ de plus à l’achat du véhicule neuf.

  • Écoutez la rencontre Lisée – Mulcair avec Martineau, diffusée chaque jour en direct à 8h50 sur QUB radio:

Certaines exemptions sont déjà prévues, notamment pour les familles de plus de deux enfants, les véhicules utilisés pour le travail ou à des fins agricoles, ou encore en cas d’enjeu de sécurité, par exemple en région éloignée.

Ces exemptions seraient déterminées par des «conseils régionaux de transition», a rappelé M. Nadeau-Dubois, lorsque questionné sur les difficultés d’application de ces modalités.

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

«On ne peut pas faire du mur à mur, reconnaît le co-porte-parole de QS. La réalité pour quelqu'un qui habite au bout d'un rang et la réalité pour quelqu'un qui habite [...] dans un quartier central à Montréal n'est pas la même. Il faut s'adapter aux différentes réalités régionales.»

En revanche, les prix à l’achat de voitures électriques ou hybrides rechargeables seraient réduits de 15% et 7,5%.

«Avec notre plan, la prochaine voiture neuve que les Québécois-ses vont acheter, elle va être électrique, elle va être hybride rechargeable, elle va être moins chère. C'est ça l'objectif», fait-il valoir.

Trop jeune pour être PM?

Né en 1990, Gabriel Nadeau-Dubois s’est par ailleurs défendu d’être trop jeune pour aspirer au poste de premier ministre. «Moi, je pense que la politique, c'est bon pour les gens de toutes les générations. Je vais laisser les Québécois trancher si je suis trop jeune», a rétorqué le politicien âgé de 32 ans.

«Je pense qu'on a besoin de sang neuf en politique québécoise, a-t-il continué. Et ça, ce n'est pas une question d'âge, c'est surtout une question de vision.»

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Du «carré rouge» de 2012 à l’aspirant premier ministre de 2022, Gabriel Nadeau-Dubois considère avoir gagné en expérience, en maturité et en profondeur.

«Je n'ai aucun problème à le reconnaître. [...] Je veux dire: qui ne change pas en une dizaine d'années?»

D’une région à l’autre, il constate que de plus en plus de gens sont intéressés par ce qu’il a à dire, même les plus âgés, que QS a plus de difficulté à rejoindre.

«Moi, je veux continuer à essayer de les convaincre», a confié M. Nadeau-Dubois, pour qui le principal adversaire demeure la Coalition Avenir Québec, «une coalition entre les deux partis traditionnels au Québec».

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux