/news/elections
Navigation

Mode de scrutin: Legault «profite du système», dit GND

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, lors d'une mêlee de presse au terme de sa rencontre avec le maire de Laval, Stéphane Boyer.
Photo: Marc-André Gagnon Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, lors d'une mêlee de presse au terme de sa rencontre avec le maire de Laval, Stéphane Boyer.

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL | François Legault préfère défendre le mode de scrutin actuel parce qu’il «profite du système», regrette le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.  

• À lire aussi: Propos sur l’immigration: «On ne peut pas définir ce que j’ai fait pendant 4 ans sur une clip de 20 secondes», dit Jean Boulet

• À lire aussi: Fonderie Horne: François Legault s’emporte contre un animateur de radio de Rouyn-Noranda

• À lire aussi: La CAQ en avance sur le PCQ en Beauce

Le chef caquiste, qui faisait campagne À Rouyn-Noranda, jeudi, a évoqué la possibilité de relancer le processus de réforme du scrutin, non pas dans un prochain mandat, mais «à long terme». 

«Je continue à penser qu’à long terme, c’est quelque chose qu’il va falloir envisager», a-t-il indiqué, après que le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, a laissé entendre que les électeurs insatisfaits du statu quo pourraient prendre la rue. 

«Il y a des avantages et des désavantages à chacun des modes de scrutin», a relativisé le premier ministre sortant, qui répète jour après jour qu’une réforme du mode de scrutin ne fait pas partie des priorités des Québécois. 

En 2018, François Legault s’était engagé à réformer le mode de scrutin pour une proportionnelle. 

Ne rien exclure 

«Il ne faut rien exclure à long terme, car les Québécois veulent que les partis travaillent plus ensemble. Je n’ai pas changé d’idée», a-t-il assuré. 

Le premier ministre sortant a convenu qu’il pourrait y avoir une distorsion du vote le 3 octobre prochain et faire en sorte qu’un parti qui récolte pourtant l’appui de 15% du vote n’ait pas ou peu de députés élus. 

  •  Écoutez la rencontre Yasmine Abdelfadel et Marc-André Leclerc diffusée chaque jour en direct 6 h via QUB radio :

«C’est arrivé dans le passé, souvenez-vous de René Lévesque en 70-73, c’était arrivé qu’il avait eu un grand pourcentage et peu de députés. C’est notre système, malheureusement, qui a des désavantages, mais qui a d’autres avantages sur la stabilité des gouvernements et la capacité de faire des changements qui sont nécessaires dans notre société», a fait valoir le chef de la CAQ. 

Le statu quo «fait son affaire» 

«C’est l’argument de quelqu’un qui profite du système», a rétorqué Gabriel Nadeau-Dubois. 

Sans vouloir s’avancer sur les résultats de l’élection, le co-porte-parole de Québec solidaire n’écarte pas que le scénario de 2018 se reproduise. 

«Au dernier scrutin, François Legault a bénéficié d’une majorité des sièges, alors qu’il n’a pas eu la majorité des votes», a rappelé M. Nadeau-Dubois. 

«Donc quand le système fait ton affaire, tu le défends. C’est ça que fait François Legault. Le mode de scrutin actuel l’a favorisé en 2018, alors il se dit: “ouais finalement, ce n’est peut-être pas si important que ça de le changer”. Comme Justin Trudeau l’a fait, comme tant de gouvernements l’ont fait dans les dernières années.» 

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux