/news/elections
Navigation

Propos sur l'immigration: «On ne peut pas définir ce que j’ai fait pendant 4 ans sur une clip de 20 secondes», dit Jean Boulet

M. Boulet ne sera plus ministre de l'Immigration, mais il sera peut-être encore ministre, selon François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Même si ses adversaires réclament la tête de Jean Boulet pour les propos qu’il a tenus sur l’immigration, le ministre repenti pourrait se retrouver en charge d’un portefeuille de l’État dans un prochain mandat.

• À lire aussi: Jean Boulet «disqualifié» du poste de ministre de l’Immigration, dit Legault

• À lire aussi: Propos sur l'immigration: Éric Duhaime «ne comprend pas» que Jean Boulet soit encore candidat

• À lire aussi: Propos sur l'immigration: selon Dominique Anglade, Jean Boulet ne peut plus être ministre

«M. Boulet est triste, il s’est amendé, il s’est emporté dans un débat. Tous les gens qui connaissent Jean Boulet savent que ce n’est pas lui ce qu’il a dit», a déclaré François Legault jeudi lors d’une mêlée de presse à Rouyn-Noranda. 

Quelques heures plus tôt, Jean Boulet avait en effet fait acte de contrition en entrevue à l’émission de Mario Dumont, où il a exprimé ses regrets d’avoir affirmé une semaine plus tôt que «80% des immigrants s’en vont à Montréal, ne travaillent pas, ne parlent pas français, ou n’adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise.»  

Se disant profondément déçu de ses propres propos, M. Boulet espère toutefois que l’ensemble de ses actions, et non seulement cette erreur de parcours, seront prises en considération quand viendra l’heure du jugement.  

«On ne peut pas définir une carrière sur un débat, sur un déclaration malhabile qui a été faite dans un débat d’une heure et demie», a-t-il dit. 

 Ne ratez pas l’émission de Philippe-Vincent Foisy, tous les jours dès 6h, en direct ou en balado à QUB radio: 

Disqualification partielle

Pour le premier ministre sortant, il n’est pas question d’absoudre inconditionnellement M. Boulet. «J’ai dit qu’il était disqualifié comme ministre éventuel de l’immigration», a-t-il rappelé.  

Les deux hommes ont eu un entretien mercredi matin au cours duquel ils se seraient «bien compris», a expliqué Jean Boulet au micro de Mario Dumont. Il aurait alors exprimé à son chef sa volonté de poursuivre sa carrière politique «avec le maximum de rigueur et d’intégrité». 

Interrogé sur l’avenir de Jean Boulet au sein d’un éventuel nouveau gouvernement de la CAQ, François Legault a laissé la porte ouverte à ce qu’il demeure à la tête d’un ministère. «On va regarder le conseil des ministres à partir du 4 octobre si on est élu», s’est contenté de souligner M. Legault.  

Sentence trop clémente

Le ministre sortant de l’Immigration s’en tire trop bien au goût des autres partis, qui jugent qu’une peine plus sévère serait nécessaire.  

«Il s’est disqualifié pour tout», a affirmé la cheffe libérale Dominique Anglade, après un déjeuner avec ses candidats de la région de l’Estrie. Elle estime que M. Boulet ne peut pas demeurer ministre après les propos qu’il a tenus sur les immigrants. 

  • Écoutez l'édito de Yasmine Abdelfadel diffusé chaque jour en direct 13 h 30 via QUB radio :

De son côté, Éric Duhaime considère que Jean Boulet devrait carrément retirer sa candidature dans Trois-Rivières. «Si le gars s’est disqualifié pour aspirer aux grandes fonctions, il n’a pas d’affaire à être député de Trois-Rivières», a lancé le chef conservateur en entrevue à CHOI-FM. 

Sans aller jusqu’à demander sa démission à trois jours du vote, Gabriel Nadeau-Dubois a pour sa part déclaré qu’il est selon lui «absolument évident» que Jean Boulet n’a pas sa place comme ministre de l’Immigration.  

De son côté, Paul St-Pierre-Plamondon soutient que le premier ministre manque de respect, surtout qu’il s’agit d’une question de santé publique qui inquiète la population. 

«Il dit que la santé publique est d’accord avec 15 nanogrammes. Mais ce n’est pas ça que la santé publique dit. La santé publique s’attend à ce que le 3 ng soit atteint. Donc encore une fois, on ne peut pas se fier à ce que nous dit François Legault», a affirmé le chef du Parti Québécois, réitérant que le gouvernement a manqué de transparence dans ce dossier. 

-Avec la collaboration de Geneviève Lajoie, Patrick Bellerose, Taïeb Moalla et Marc-André Gagnon et Nicolas Lachance

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux