/sports/others
Navigation

Simon-Pierre Leblanc se lance le défi de faire deux fois l’épreuve de 42,2 km

Simon-Pierre Leblanc a pris part à différentes épreuves du circuit Je Cours Qc par les années passées.
Photo courtoisie, Muriel Leclerc Simon-Pierre Leblanc a pris part à différentes épreuves du circuit Je Cours Qc par les années passées.

Coup d'oeil sur cet article

Courir un marathon est déjà un exploit peu banal. Parmi les quelque 8000 coureurs qui prendront d’assaut samedi et dimanche les différentes épreuves du Marathon Beneva de Québec, Simon-Pierre Leblanc s’offrira l’épreuve reine de 42,2 km deux fois plutôt qu’une.

Ce n’est pas rien, surtout en considérant le fait que cet ancien fumeur s’est mis à la course à pied il y a 11 ans, lentement mais sûrement. Depuis, c’est la piqûre. Au point où celui qui est l’un des ambassadeurs du Marathon de Québec a même pris part à plusieurs ultramarathons, dont la Traversée de Charlevoix sur 96 km en 2016, ce qu’il qualifie de sa « plus belle aventure de course ».

Le revoilà au cœur d’un défi de 84,4 km, qu’il entend compléter en environ 8 heures d’efforts, sans toutefois se doter d’un objectif de performance clair.

« Quand je cours, c’est juste pour promouvoir le plaisir et les bienfaits sur la santé. Si mon défi parle aux gens, c’est tant mieux. Si ça ne leur parle pas, ce n’est pas grave. »

« Je veux juste que les gens réalisent que les longues distances, c’est beaucoup plus accessible qu’ils le pensent. Il faut juste arriver à se le mettre dans la tête. C’est une question de mental, de gestion des énergies et d’entraînement », a mentionné Leblanc cette semaine.

Une motivation nouvelle

Pourtant, pas plus tard qu’en 2018, le coureur décidait de mettre la pédale douce sur ses ambitions dans le monde de la course, question de réorienter ses objectifs personnels et professionnels.

Père d’une petite fille de neuf mois, il a senti dernièrement qu’il était mûr pour enfiler de nouveau les espadrilles pendant de longues heures. En prenant part à la Trail du coureur, sur 34 km, en mai, l’idée de faire deux fois de suite le nouveau parcours du Marathon Beneva de Québec a germé dans son esprit.

« Je me sentais super bien et je me suis dit : pourquoi pas de plus longues distances ? » a-t-il raconté.

Celui qui a pris part à deux marathons auparavant s’est surpris lui-même avec cette illumination.

« Quand j’ai fait des marathons avant, je me disais que, finalement, ce n’était pas mon trip. En ce moment, j’ai juste envie de courir. Je suis en forme, j’ai le temps et je me sens bien dans mon nouveau beat de papa », a-t-il enchaîné.

Un autre monde

Ceux qui sont familiers avec l’univers de la course à pied comprendront que les ultramarathons en sentiers et les épreuves sur le bitume sont deux mondes complètement différents.

Simon-Pierre Leblanc en est bien sûr conscient et c’est pourquoi il n’entreprend pas le défi de faire deux marathons en se prenant trop au sérieux.

« Je rentre là-dedans naïvement. Je sais que je risque d’en souffrir un coup quand je serai rendu autour de 60-65 km parce que je ne suis pas entraîné adéquatement pour un tel défi. J’anticipe le deuxième 42,2 km, mais vu que j’ai déjà fait des épreuves de longue distance, je sais que j’ai le bagage pour compléter. »

Le départ du marathon est prévu à 8 h 15, dimanche. L’épreuve de 10 km sera lancée 15 minutes plus tard et le demi-marathon aura lieu dès 9 h 50.  

Une course pour le cancer du sein

En août 2021, Isabelle Fleury a couru le demi-marathon en compagnie de son co-coureur et ami de longue date, Michel Bédard.
Photo courtoisie, Muriel Leclerc
En août 2021, Isabelle Fleury a couru le demi-marathon en compagnie de son co-coureur et ami de longue date, Michel Bédard.

Quand Isabelle Fleury sera au cœur du marathon et que ses jambes deviendront lourdes, sa maman et sa grande amie lui donneront une petite poussée à leur façon.

Non, les deux proches de la coureuse de 46 ans ne l’accompagneront pas sur le parcours de 42,2 km, mais c’est tout comme. Sa mère célébrera plutôt ses 15 ans en rémission du cancer du sein.

« Je fais cette course en grande partie en pensant à ma mère et à mon amie, qui elle, est en traitement. C’est motivant parce que dans ces circonstances-là, tu ne veux pas décevoir et manquer ton coup », a-t-elle confié à quelques jours de l’événement.

Couturière, Isabelle Fleury a lancé sa ligne de vêtements d’entraînement et de yoga, dont une partie des profits sont remis à la Fondation du cancer du sein du Québec. 

Pour chaque vêtement vendu depuis le lancement il y a trois semaines, elle promet de courir 1 km en octobre. Le marathon sert d’inauguration à son défi.

« Tout ce que j’ai à dire c’est d’acheter ou de faire un don pour aider à lutter contre cette maladie. À toutes les femmes, faites vos examens annuels », a-t-elle imploré.

Une autre bonne cause

La fière coureuse, qui en sera à son troisième marathon, a aussi une autre noble cause en tête lorsqu’elle accumule les kilomètres. 

Membre des Courses Partagées de Québec, elle fait des sorties chaque semaine avec des personnes à mobilité réduite en chaises adaptées, question de leur permettre de sortir de leur isolement.

« Ils vont chercher avec nous des sensations qu’ils ne peuvent plus vivre. Ils ressentent notre énergie », a expliqué Isabelle Fleury au sujet de ceux qui sont considérés dans le groupe comme des co-coureurs.

« Plus belle course à vie »

L’an dernier, elle a d’ailleurs participé au demi-marathon de Lévis en compagnie d’un co-coureur et ami de longue date, Michel Bédard.

« À tous les points de vue, j’ai vécu ma plus belle course à vie. L’énergie donnée par la foule était multipliée par 1000. Il y a plein d’amitiés qui se créent en courant avec ces gens », a-t-elle fait valoir. 

Pendant le marathon, il y aura donc sa mère, son amie et bien des personnes à mobilité réduite qui l’inspireront.

« C’est sûr qu’à certains moments, je vais m’ennuyer d’avoir un co-coureur qui aurait pu me crier après pour me pousser dans le derrière », a-t-elle rigolé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.