/news/politics
Navigation

Mont-Sainte-Anne: une annonce peut-être après les élections

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition pour l’avenir du Mont-Sainte-Anne exige du prochain gouvernement provincial des actions rapides afin de trouver une solution pour la montagne.  

• À lire aussi: L’avenir du mont Sainte-Anne entre les mains du prochain gouvernement

Un plan d’investissement est toujours sur la table et des sources croient à une annonce au cours des prochains mois. 

Comme le propriétaire actuel ne semble pas intéressé à céder sa place, d’éventuels investissements publics devraient impérativement s’accompagner d’un cadre de gestion rigide à respecter, précise la Coalition. 

Il y a quelques mois, Yvon Charest n’était pas chaud à l’idée de voir le gouvernement Legault négocier une nouvelle entente avec l’actuel propriétaire RCR, qui néglige la montagne depuis longtemps. 

Attitude ferme

« L’avenir du Mont-Sainte-Anne dépendra de la fermeté et de la détermination du prochain gouvernement du Québec », écrivent désormais Mario Bédard et Alex Harvey, co-présidents de la Coalition, Yvon Charest, président des Amis du Mont-Sainte-Anne et Jean-Pierre Dufour, président du Centre plein air Mont-Sainte-Anne. 

« Il faut que ça soit plus qu’un investissement pour éviter que le même problème revienne dans 15 ou 20 ans. À la fin, je ne pense pas qu’on va changer de propriétaire », a confié Mario Bédard en entrevue.

En cette période électorale, des rencontres ont eu lieu avec les candidats. 

Le groupe répète que la situation qui prévaut au Mont-Sainte-Anne est inacceptable et ce joyau requiert une transformation ambitieuse pour la clientèle et l’économie régionale. 

Une fondation

Selon eux, il est essentiel que la gestion du secteur Est du Mont-Sainte-Anne (connu pour son centre de ski de fond) soit confiée à la communauté. Ensuite, ils exigent aussi la mise en œuvre d’un plan d’investissements. 

Pour ce secteur, un projet de fondation a même vu le jour pour appuyer financièrement le développement. L’OBNL vise à recueillir 5 M$ en dons privé afin de combiner la somme à divers programmes gouvernementaux existants. 

En attendant, tout financement public auprès de Resorts of the Canadian Rockies (RCR) devrait être impossible. 

« Pour les prochaines étapes, nous sommes plus que jamais convaincus que le prochain gouvernement du Québec devra demeurer déterminé et exigeant auprès de RCR », peut-on lire. 

Des actions

Les principaux acteurs affirment que le déclin et la chute de notoriété du Mont-Sainte-Anne sont inacceptables et que le Québec est privé à chaque année de millions de dollars en retombées socioéconomiques. 

« Celles et ceux qui seront élus devront agir », disent-il. 

Grosso modo, la simple mise à niveau de la montagne nécessiterait une somme d’environ 200 M$. 

Pour la prochaine saison de ski, environ la moitié des télécabines, soit 45, seront sur le câble de la remontée principale. Les études n’auraient pas permis encore le remplacement des cabines manquantes. L’accident important qui avait fait plusieurs blessés remonte à février 2020. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.