/news/elections
Navigation

Entretien avec le chef péquiste: un référendum pour empêcher la louisianisation, plaide PSPP

GEN
Photo Nicolas Lachance Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a donné une entrevue éditoriale à notre Bureau parlementaire hier, alors qu’il était en route pour le Bas-Saint-Laurent.

Coup d'oeil sur cet article

C’est une question de décennies avant que le Québec devienne comme la Louisiane en raison du déclin du français, plaide Paul St-Pierre Plamondon, assurant qu’un vote pour le Parti Québécois est un vote pour un référendum dans un premier mandat.

• À lire aussi: La campagne bilingue d’une candidate de Québec solidaire ne fait pas l’unanimité

• À lire aussi: Déclin du français. «What’s next?»

• À lire aussi: Déclin du français: Québec a fait fuir des milliers d’investisseurs francophones

«Oui, c’est un vote pour que l’indépendance se fasse. Un vote assumé pour l’indépendance», a affirmé le chef du Parti québécois dans une entrevue éditoriale avec notre Bureau parlementaire. «Ce n’est pas seulement de faire du Québec un pays, c’est aussi de renverser le déclin de la langue française.»  

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Dans l’une de ses publicités, le PQ illustre un Québec qui se fait envahir par une vague rouge d’ici 2050, comme l’image d’un virus qui s’y propage jusqu’à sa disparition totale.  

«C’est une symbolique de démontrer que l’anglicisation comme on a vu dans les autres provinces va prendre une place grandissante», a-t-il mentionné. «À terme, si on laisse le déclin à cette vitesse-là avoir lieu, c’est une question de décennies avant que le Québec ne connaisse le même sort que les autres provinces canadiennes, que la Louisiane et d’autres endroits.» 

Pas une belle situation

St-Pierre Plamondon refuse toutefois d’utiliser le superlatif «suicidaire» comme l’a fait François Legault pour définir les risques liés à de plus hauts seuils d’immigrations. 

«Je ne vois pas beaucoup de scénarios heureux pour la francophonie en Amérique et pour le Québec si on demeure dans le Canada. Le Canada nous réserve un déclin linguistique et culturel»

Mais, «il ne faut pas embellir» une situation qui «n’est pas belle», plaide néanmoins le leader du PQ. 

«Dans un rythme accéléré du déclin du français, ça peut aller très rapidement. Parce qu’il n’y a pas de masse critique de locuteurs francophone dans certaines régions du Québec.»  

Le chef souhaite donc abaisser les seuils d’immigration à 35 000 nouveaux arrivants par année, soit 15 000 de moins que la CAQ. Il milite également pour une immigration économique 100% francophone.  

«On peut choisir de corriger le tir. On doit le faire», a-t-il réitéré, soutenant «qu’il n’y a pas d’avenir pour le français» dans le modèle actuel. 

Peu de turbulence

Il croit que sa montée dans les sondages démontre d’ailleurs qu’il y a un appétit certain pour l’indépendance du Québec, même «de manière importante» chez les jeunes, et que la campagne électorale lui offre enfin l’espace pour en parler.  

Selon PSPP, un processus référendaire est possible, «peu importe les circonstances» économiques; même après une pandémie, une crise inflationniste ou une récession. 

Le chef péquiste ajoute que le Québec vivrait des turbulences économiques «beaucoup moins» intenses que les prévisions établies lors des deux précédents référendums perdants. 

«Dans une économie globalisée, ou les ententes internationales s’appliquent pas mal uniformément, même chose pour les politiques monétaires (...) le risque économique de décider par nous-même a beaucoup diminué», prétend le chef péquiste.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux