/lifestyle/books
Navigation

L’adieu aux abeilles: la suite attendue de la saga épique de Diana Gabaldon

Diana Gabaldon
Photo courtoisie, Doug Watkins

Coup d'oeil sur cet article

Sept ans après la parution du dernier tome de la saga à succès Outlander, Diana Gabaldon revient en force avec la suite très attendue de cette saga romantique dont l’adaptation en télé-série fait un tonnerre à la grandeur de la planète. L’adieu aux abeilles débute en 1779 dans les montagnes de la Caroline du Nord, au moment où la colère gronde et la guerre de l’Indépendance approche. Jamie sait qu’on ne pourra éviter le combat et que les années 1780 seront difficiles pour sa famille. 

À la fin du tome 8, Claire et Jamie ont enfin retrouvé leur fille Brianna, son mari Roger et leurs enfants à Fraser’s Ridge, où ils se sont établis. La guerre de l’Indépendance se rapproche dans les colonies et Jamie sait fort bien que ce sera un moment très dur de l’Histoire. Brianna et Roger, de leur côté, se demandent si c’était vraiment un bon choix pour leur famille de risquer les périls des années 1780 : la maladie, la famine, une guerre imminente.

Diana Gabaldon rappelle, en entrevue, qu’elle a écrit Outlander «pour apprendre à écrire un roman» et qu’elle était professeur d’université lorsqu’elle a choisi d’écrire une fiction historique. 

«Je me demandais ce qui allait être intéressant. L’ancienne Babylone? L’époque des Borgia? La guerre de Sécession aux États-Unis? Il y avait bien des époques possibles.»

«Mais je venais juste de revoir un vieil épisode de la série Doctor Who, une série britannique. Le personnage principal voyage dans l’espace et dans le temps et vit diverses aventures aux côtés de compagnons provenant de différentes époques. Dans cet épisode, il rencontrait un jeune Écossais vivant en 1745, et bien entendu il portait un kilt.»

«J’y ai repensé, le jour suivant, à l’église... Et c’est comme ça que la série a commencé. Je ne connaissais rien de l’Écosse, rien du 18e siècle, je n’avais pas d’intrigue, pas de plan et pas de personnages non plus. Mais j’avais cette image vague, mais très puissante et irrésistible, d’un homme portant un kilt.»

Faits historiques

Dans le tome 9 d’Outlander, L’adieu, aux abeilles, l’écrivaine s’est penchée sur des faits historiques survenus en Caroline du Nord et raconte le destin de personnages voyageant d’une époque à l’autre. 

«C’est un défi, et c’est une des raisons pour lesquelles j’écris mes livres lentement. Au neuvième tome d’une série, il faut ajouter des petites descriptions, des flash-back, pour que les nouveaux lecteurs apprécient l’histoire. Mais il ne faut pas en donner trop non plus, pour ne pas distraire les lecteurs qui ont lu toute la série et qui connaissent tous les personnages. C’est un jeu d’équilibre pour que les lecteurs en sachent suffisamment pour suivre l’intrigue.»

Documentation

Elle s’est documentée sur la guerre de l’Indépendance et a choisi dans quelles batailles les personnages allaient se retrouver. «Je ne peux pas nécessairement les faire participer à la bataille de Cowpens, par exemple, si c’est survenu au mauvais temps de l’année par rapport à leur histoire.»

Ensuite, elle poursuit ses lectures et cherche plus de détails. « En faisant cela, j’ai déjà une bonne idée de l’état du conflit, de ce que les gens en pensaient, de ce que les gens disaient à Londres. Je peux voir quel était le sentiment des gens qui vivaient dans les colonies, s’ils étaient pour ou contre l’indépendance. »

Claire et Jamie

Dans L’adieu aux abeilles, on voit Claire et Jamie vieillir. 

«Ça n’a pas été difficile parce que moi aussi j’ai vieilli en même temps qu’eux, et je sais comment on se sent en se levant le matin, quand on a 70 ans.»

Jamie et Claire sont toujours amoureux. Diana Gabaldon croit-elle à l’amour qui dure toujours? «Oui! Je suis mariée au même homme depuis 50 ans!»

  • Diana Gabaldon a écrit les romans à succès de la série Outlander : Le chardon et le tartan, Le talisman, Le voyage, Les tambours de l’automne, La croix de feu, Un tourbillon de neige et de cendres, L’écho des cœurs lointains et Écrit avec le sang de mon cœur.
  • Elle a également écrit Le cercle des sept pierres, recueil de nouvelles se déroulant dans l’univers d’Outlander.
  • Elle a écrit la série connexe consacrée à lord John Grey.
  • Elle vit à Scottsdale en Arizona.
  • La sixième saison de la télésérie Outlander est diffusée en version originale anglaise en ce moment et une septième saison est en tournage.
  • Depuis 2003, il s’est vendu chez Libre Expression plus de 430 000 exemplaires de la saga Outlander.
  • Elle a participé aux Fergus Highland Games en Ontario l’été dernier.

EXTRAIT

Diana Gabaldon
Photo courtoisie

«Je me nichai contre lui, sa chaleur formant un rempart dans mon dos.

– Je pensais aux enfants..., hésitai-je. C’est... c’est merveilleux de les retrouver alors que nous croyions ne jamais les revoir...

Je m’interrompis, submergée à nouveau par une joie étourdissante à l’idée de reformer d’une manière aussi soudaine et inattendue cette chose remarquable : une famille.

– De savoir que nous verrons Jem et Mandy grandir, repris-je. D’avoir Bree et Roger à nos côtés...

– Oui, mais ? demanda-t-il avec un sourire dans la voix.

Il me fallut un moment pour rassembler mes pensées et trouver les mots pour les exprimer.

– Roger m’a dit qu’ils avaient eu des ennuis dans leur temps. Ce devait être grave.

– Oui, dit-il. Brianna m’en a dit autant. Mais a nighean, ils ont déjà vécu ici. Ils savent ce que c’est, ce que ce sera.

Il parlait de la guerre. Je pressai ses mains posées sur mon ventre et contemplai la vallée à nos pieds. Bree, Roger et les petits avaient disparu.

– Je ne crois pas, murmurai-je. Personne ne sait vraiment ce qu’est la guerre à moins de l’avoir vécue.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.