/news/elections
Navigation

Pont de Québec: Duhaime veut une entente à long terme

L’enjeu du pont de Québec s’invite dans la campagne

Coup d'oeil sur cet article

Malgré le renouvellement pour 10 ans de l’entente de location du pont de Québec, Éric Duhaime juge que «le gouvernement du Québec a le devoir de négocier quelque chose à long terme» dans cet épineux dossier. 

• À lire aussi: Une entente signée in extremis pourrait accélérer le rachat

• À lire aussi: Québec 2022: voici les promesses principales des cinq grands partis

• À lire aussi: Pas de réponses claires des partis sur les demandes de Marchand

C’est ce que le chef conservateur a fait savoir en point de presse, samedi matin, à Québec. 

Ce dernier réagissait à un article dans lequel Le Journal révélait samedi que l’entente de location entre le ministère des Transports du Québec et le Canadien National (CN) avait été renouvelée in extremis. Cet accord pourrait aider, sous certaines conditions, le processus actuel d’acquisition du pont par Ottawa, a même estimé le négociateur fédéral Yvon Charest. 

«On est en train de parler de l’importance d’un 3e lien. Ce serait bien le bout qu’on nous en coupe un des deux qu’on a déjà», a d’abord affirmé M. Duhaime en référence au risque de démolition évoqué publiquement par M. Charest il y a quelques jours.  

Un «Band-Aid sur le cancer» 

Cela dit, le chef conservateur croit «qu’on a encore mis une espèce de Band-Aid sur le cancer. Il faut régler le problème, et ça prend une pérennité beaucoup plus grande que ça pour le pont de Québec». 

Selon lui, la priorité, «c’est pas les chicanes fédéral-provincial ou les chicanes avec le CN. La priorité, c’est de s’assurer que les automobilistes puissent continuer d’utiliser le pont de Québec à moyen, puis à long terme surtout». 

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, estime aussi que les chicanes sont venues ralentir le processus de négociation dans ce dossier. 

«[Il faut] travailler en partenariat, arrêter de faire des chicanes, des chicanes avec le fédéral, ne pas transmettre l’information. [Il y a eu un manque] de transparence par rapport à ces négociations-là. Ne pas prendre [en compte] l’intérêt des Québécois de la région de la Capitale-Nationale, ce n’est pas une manière de procéder», a-t-elle notamment dit lors d’une mêlée de presse samedi en Gaspésie.  

Cette dernière a aussi indiqué qu’elle trouvait étrange qu’on en soit arrivé là à quelques jours seulement du scrutin. 

«Je ne comprends pas pourquoi on a attendu tout ce temps-là pour arriver là, juste à la veille de la fin de la campagne pour dire “ah bien, finalement, on arrive à s’entendre”. C’est bizarre», a ajouté Mme Anglade. 

Avec la collaboration de l'Agence QMI

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux