/opinion/columnists
Navigation

Que reste-t-il de notre système partisan ?

Coup d'oeil sur cet article

Il y a un peu plus d’un mois, on disait François Legault tout-puissant. Sa réélection était une formalité. Il devait y avoir du vrai dans cela, car après une campagne calamiteuse, à la stratégie broche à foin, il obtiendra, pour peu que les sondages ne nous trompent pas, une majorité écrasante.

Il l’aura en bonne partie grâce au morcellement des oppositions, qui correspond à la fragmentation du Québec en courants politiques étrangers les uns aux autres, et à notre mode de scrutin, qui se dérègle quand nous passons du bipartisme au multipartisme. 

Legault

On avait oublié à quel point François Legault, qui n’a pas démérité comme premier ministre, est un politicien gaffeur se plongeant dans le pétrin à répétition. 

Qu’adviendra-t-il des partis d’opposition ?

Le Parti libéral n’est plus le grand parti d’alternance au Québec, mais un parti communautaire anglophone, qui pourrait bien le demeurer. Dominique Anglade a eu beau se démener en gesticulations et danses semi-improvisées, rien n’y fait, son parti suscite une forme d’aversion chez les francophones. 

Le Parti conservateur, quant à lui, a effectué une percée étonnante, mais n’a pas su dépasser le stade protestataire. Éric Duhaime l’a modelé à son image, finalement. Il s’agit davantage d’une droite colérique que d’une droite programmatique.

Québec solidaire, dans sa version Gabriel Nadeau-Dubois, se rêvait dans le siège de l’opposition officielle. Ce n’est pas inimaginable, mais c’est très improbable. Ce parti n’est pas parvenu à séduire les classes moyennes, sans lesquelles aucune majorité n’est imaginable. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

PSPP

Finalement, le véritable événement de ces élections fut assurément la renaissance du Parti Québécois, porté par son chef, Paul St-Pierre Plamondon, qu’ils sont nombreux, avec raison, à voir comme un nouveau Jacques Parizeau. 

Comme quoi une campagne électorale peut surprendre. 

Reste à voir si ce succès d’estime des indépendantistes se traduira en conquêtes électorales. Ce sera le vrai suspense, lundi soir. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.