/news/elections
Navigation

«Un maximum de députés d’opposition», souhaite Duhaime

Coup d'oeil sur cet article

Pour contrer «l’arrogance» de la CAQ, il faut que les électeurs québécois élisent lundi «un maximum de députés d’opposition», suggère Éric Duhaime.  

• À lire aussi: «Dehors la CAQ»: des manifestants en route vers L'Assomption

• À lire aussi: Luttes électorales à surveiller: 36 circonscriptions où rien n'est joué 

C’est ce que le chef conservateur a mentionné samedi matin lors d’un point de presse organisé dans sa circonscription, Chauveau, à seulement deux jours du scrutin. 

«C’est crucial d’envoyer un maximum de députés d’opposition à l’Assemblée nationale. Ce gouvernement ne mérite pas d’être réélu. Il mérite encore moins d’augmenter sa majorité. Il faut sanctionner François Legault», a-t-il tonné.  

Selon cette logique, le chef conservateur appellerait-il les électeurs à voter carrément pour des candidats péquistes, libéraux, voire solidaires dans les circonscriptions où il y a des luttes serrées contre des caquistes?  

«J’appelle pas les gens à voter Québec solidaire, rassurez-vous», s’est-il amusé en répétant qu’il faut faire élire ses candidats conservateurs dans les 125 circonscriptions du Québec. 

Dans une lettre adressée aux électeurs de Chauveau, M. Duhaime dit vouloir «offrir [ses] services» aux gens de la circonscription. «La CAQ pourrait être vastement surreprésentée à l’Assemblée nationale à cause de son inaction dans ce dossier [la réforme du mode du scrutin]», a-t-il brandi.  

Le nerf de la guerre 

Affirmant que «l’argent est le nerf de la guerre», M. Duhaime a d’ailleurs tenu à rappeler à ses partisans que chaque vote permet au parti d’obtenir environ 7$ de financement public pour la durée d'un mandat de quatre ans (1,71$ par vote par année par électeur).

«Chaque vote compte d’une façon ou d’une autre. Même dans des circonscriptions où il va y avoir une poignée de votes, ça va rapporter quand même des ressources au parti pour se battre un peu plus à armes égales lors de la prochaine élection», a-t-il insisté.  

S’en prenant au premier ministre sortant, le chef conservateur a ajouté que «M. Legault sollicite un deuxième mandat. Il a comme slogan “Continuons”. Après 34 jours de campagne, on se demande: continuons pourquoi? Continuons quoi? Quelle est sa vision pour l’avenir du Québec? Qu’est-ce qu’il veut faire d’un mandat d’un autre quatre ans?» 

Dans l’ouest de Montréal 

Après avoir passé la matinée de samedi à Québec, M. Duhaime se dirige vers l’ouest de l’île de Montréal en faisant de courts arrêts à Trois-Rivières, à Louiseville, puis à Blainville.  

Le chef conservateur a choisi d’aller à la rencontre de la communauté anglophone de Montréal. Il s’est dit «inquiet» de constater que les chiffres de participation au vote par anticipation ont été moindres dans les circonscriptions québécoises anglophones.  

«Je veux m’assurer qu’ils exercent leur droit démocratique. Ils sont Québécois à part entière», a-t-il laissé tomber.  

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux