/entertainment/stage
Navigation

Théâtre du Rideau Vert: le fils nous laisse sur notre faim

Vincent-Guillaume Otis tire son épingle du jeu dans cette pièce pour son grand retour au théâtre

Le fils
Photo courtoisie, David Ospina Vincent-Guillaume Otis et Émile Ouellette forment un excellent duo père-fils dans la pièce Le fils, présentée au Théâtre du Rideau Vert.

Coup d'oeil sur cet article

Vincent-Guillaume Otis effectue un grand retour sur les planches avec la pièce Le fils au Théâtre du Rideau Vert, mais sa prestation n’arrive pas à masquer certaines faiblesses de cette proposition.

• À lire aussi: Le fils: le retour de Vincent-Guillaume Otis au théâtre

• À lire aussi: Une misanthrope qui sait séduire

Même sans tenir compte de sa brillante performance, il aurait été plus à propos d’appeler cette pièce « Le père », car c’est lui le personnage principal de cette œuvre écrite par le Français Florian Zeller.

Cette histoire porte sur un adolescent qui broie du noir et qui décide de quitter la demeure de sa mère pour aller vivre chez son père. Ce dernier a refait sa vie avec une conjointe plus jeune qui vient d’avoir un enfant.

Jouant pour la première fois au théâtre depuis 2018, Vincent-Guillaume Otis porte cette production sur ses épaules avec un mélange bien senti d’impatience, d’optimisme, de colère et de tristesse. Il incarne ce père qui tente de remonter le moral de son adolescent dépressif. 

Dans son premier grand rôle depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre, Émile Ouellette est très crédible dans la peau de ce jeune angoissé, incapable d’expliquer son mal de vivre. 

Sylvie De Morais-Nogueira incarne la mère, dont le rôle est somme toute négligeable, tandis que Stéphanie Arav personnifie la nouvelle femme du père.

Plutôt mécanique

Ce spectacle touche des thèmes très actuels comme la dépression et l’anxiété vécues par le fils, ainsi que le sentiment de culpabilité charrié par les parents qui tentent de l’aider. 

Toutefois, on a l’impression qu’il a été écrit il y a longtemps tellement il véhicule des clichés qui semblent peu crédibles à une époque où la santé mentale n’est plus perçue comme quelque chose qui se règle avec une tape dans le dos. 

Les stéréotypes sont bien en vie avec ce père convaincu que cette mauvaise passe va se dissiper simplement avec de la bonne volonté et cette mère impuissante et rongée par les remords. L’absence d’un dialogue sur la pertinence de consulter un psychologue est incompréhensible pour une pièce qui tente de s’ancrer dans le réalisme pour convaincre.

De plus, la mise en scène de René Richard Cyr évacue le naturel avec une succession de tableaux courts quasi mécaniques et des dialogues souvent affectés.

Pourtant, certains moments sont excellents comme en témoigne la fin, mais le potentiel émotif de cette pièce est plombé par un manque de rythme et de spontanéité.


♦ Le Fils est présentée au Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 29 octobre. 

Le fils ★★★

  • Mise en scène de René Richard Cyr.
  • Avec Vincent-Guillaume Otis, Émile Ouellette, Sylvie De Morais-Nogueira et Stéphanie Arav.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.