/sports/football
Navigation

NFL: rien n’arrête les Eagles

FBN-SPO-JACKSONVILLE-JAGUARS-V-PHILADELPHIA-EAGLES
Photo AFP Haason Reddick a tourmenté Trevor Lawrence à plusieurs reprises en créant deux revirements à ses dépens.

Coup d'oeil sur cet article

La quatrième semaine d’activité s’achève dans la NFL et les Eagles sont l’unique équipe invaincue. Est-ce pour autant la meilleure ? Difficile à dire, mais, chose certaine, les Eagles ont démontré qu’ils pouvaient gagner de toutes les façons.

• À lire aussi: Les Packers battent les Patriots et leur troisième quart en prolongation

• À lire aussi: Les Vikings remportent un match dramatique à Londres

Leurs quatrièmes victimes en autant de matchs ont été les Jaguars, au terme d’un duel chaudement disputé que les Eagles ont gagné 29 à 21 après avoir comblé un déficit de 14 points.

Avant d’en rire, non, les Jaguars ne sont plus les mêmes bons vieux Jaguars. Donc ce match n’avait rien d’une victoire garantie.

Cette fois, c’est la défense qui a joué un rôle clé pendant une rare sortie plus difficile du quart-arrière Jalen Hurts sous la flotte. Depuis trois semaines, Hurts était tout simplement en feu et l’attaque survolait la mêlée.

Le signe d’une équipe complète, c’est lorsqu’elle ne s’en remet pas à un seul élément quand vient le temps d’aller chercher une victoire à la dure.

Le jeu au sol se lève

Avant cette rencontre, le jeu de Hurts faisait écho aux quatre coins de la ligue. Face aux Jaguars, il a été limité à 204 verges par la voie des airs et 38 au sol. Il n’a pas lancé de passe de touché et a commis une interception.

Comme ce fut souvent le cas la saison dernière, le jeu au sol a pris les choses en main avec 210 verges sur 50 courses. Le porteur Miles Sanders a sonné la charge avec 27 courses pour 134 verges et deux touchés.

Il s’agit de sa plus lourde charge de travail à ce jour dans la NFL et de la deuxième fois seulement qu’il porte le ballon plus de 20 fois dans un match.

Le jeu au sol a gagné 4,2 verges par course. Rien d’extraordinaire, mais tout ce qu’il fallait pour s’imposer sur le plan physique et saper le moral des Jaguars.

Il importe de noter qu’avant cette rencontre, les Jaguars ne concédaient que 55 verges par match au sol, ce qui leur valait le premier rang dans le circuit. Les Eagles n’ont donc pas profité d’un rival faible dans cette facette du jeu pour gonfler leurs statistiques.

Défense opportuniste

Dans les faits, la meilleure portion de l’attaque des Eagles est venue de leur défense. Celle-ci a provoqué cinq revirements pour porter le total à 10 en quatre matchs. Au total, les Jaguars ont été limités à 219 verges de gain et 13 premiers jeux.

Le quart-arrière des Jaguars, Trevor Lawrence, a connu des ennuis en lançant une interception, en plus de laisser échapper quatre fois le ballon. Le résultat est que deux des touchés des Eagles ont été inscrits à la suite de très courtes séquences offensives de 35 et 24 verges.

Encore une fois, ce sont les petits nouveaux qui se sont illustrés. Le demi de coin James Bradberry a réalisé une interception clé au troisième quart, quand les Jaguars étaient à six points des Eagles, dans la zone payante.

Le secondeur Haason Reddick a pour sa part été monstrueux avec deux sacs du quart, en plus de faire perdre le ballon à Lawrence à deux reprises et de recouvrir lui-même le ballon. Les deux joueurs ont été acquis sur le marché des joueurs autonomes.

Les meilleurs ?

Il est encore tôt pour proclamer que les Eagles forment la meilleure équipe de la NFL. Les Bills ont eux aussi démontré tout leur caractère en remontant une côte abrupte face aux Ravens, eux qui tiraient de l’arrière par 17 points. Ils ont aussi battu des rivaux de grande qualité depuis le début de la campagne (Ravens, Titans et Rams).

De leur côté, les Eagles ont défait trois équipes sur quatre qui présentent des fiches perdantes ou qui jouent pour ,500. Ça n’enlève toutefois rien à leur début de saison, et une équipe qui peut gagner autant grâce à sa défense qu’à son attaque ne peut que faire un long bout de chemin. 


GAGNANTS 

Derrick Henry

Le porteur des Titans a changé la donne avec 114 verges au sol et 33 par la passe, en plus d’un touché. Preuve qu’il est essentiel aux succès des Titans, l’équipe est maintenant 26-1 quand il touche au moins 25 fois au ballon.

DK Metcalf

Le receveur a bien participé à l’explosion offensive des Seahawks en captant sept passes pour 149 verges. Il a donné la frousse à bien des partisans quand il a été contraint de se retirer au vestiaire en voiturette. On a appris par la suite qu’il avait seulement une petite envie. Quand faut y aller, faut y aller...

Justin Herbert

Le quart-arrière des Chargers, qui joue toujours en dépit d’une blessure aux côtes, a charcuté les Texans avec 340 verges et deux passes de touché. Il a brillé même sans son receveur Keenan Allen.

Les Raiders

Il fallait désespérément une première victoire. Ça n’a pas été forcément élégant, mais 0-4 n’était pas une option. Josh Jacobs a contribué avec 134 verges au sol et deux touchés.

Rashan Gary

Le chasseur de quarts des Packers continue de s’illustrer. Avec sept plaqués et deux sacs du quart (il en compte cinq cette saison), il a saboté les efforts offensifs des Patriots. Dire que bien des partisans des Packers regrettaient ce choix au repêchage... 


PERDANTS 

John Harbaugh

Pour la deuxième fois cette saison, son équipe s’est écroulée en seconde demie. Les Ravens ont laissé échapper une avance de 20-3. Avec 4 min 15 s à jouer, Harbaugh a opté pour une tentative de conversion de quatrième essai plutôt qu’un placement.

Les Browns

Les Browns ont donné 202 verges au sol aux Falcons. C’est pratiquement une offense criminelle. Les deux défaites ont été encaissées sur des interceptions de dernière minute de Jacoby Brissett. Cette équipe a perdu contre les Jets et les Falcons. Pauvres Bruns !

Les Lions

D’accord, il manquait plusieurs éléments à l’attaque. Mais comment expliquer que la défense a accordé 41 des 48 points des Seahawks, en plus de 555 verges de gain ? Un tantinet gênant !

Les Colts

Non seulement les Colts n’ont pas été en mesure de poursuivre sur leur élan de la semaine dernière, mais ils ont perdu les services du porteur Jonathan Taylor, blessé à la cheville. S’il s’absente à long terme, leur saison est fichue.

Baker Mayfield

Le quart-arrière des Panthers connaît-il ses derniers moments comme partant ? Il a lancé deux interceptions. Le pilote Matt Rhule ne serait pas mieux avec Sam Darnold, mais il voudra peut-être brasser la soupe pour sauver ses propres fesses. 

5 jeux de la semaine  

1. LES DÉBUTS DE PICKETT

FBN-SPO-JACKSONVILLE-JAGUARS-V-PHILADELPHIA-EAGLES
Photo AFP

Le quart-arrière recrue des Steelers, Kenny Pickett, a fait ses débuts dans la NFL en deuxième demie, quand il a remplacé l’inefficace Mitch Trubisky. À sa première passe, Pickett s’est fait souhaiter la bienvenue dans la NFL par Jordan Whitehead, qui a réussi une interception. Pickett a d’ailleurs lancé trois interceptions, mais l’une d’entre elles a été sur une passe touchée au préalable et l’autre sur une tentative désespérée de « Hail Mary ». Il a complété 10 de ses 13 passes pour 120 verges, en plus d’inscrire deux touchés au sol. 


2. LES POTEAUX DE LONDRES

FBN-SPO-JACKSONVILLE-JAGUARS-V-PHILADELPHIA-EAGLES
Photo d'archives, AFP

Les Vikings ont eu besoin de tout leur petit change pour venir à bout des Saints, privés de Jameis Winston, Alvin Kamara et Michael Thomas. À Londres, ils ont même eu l’aide inattendue des poteaux des buts. À la toute fin du match, les Saints ont tenté un placement de 61 verges pour essayer de niveler la marque. Le botteur Will Lutz a vu le ballon heurter le poteau de gauche avant de tomber sur la barre transversale. La ligne est si mince entre une victoire et une défaite. 


3. CARDIAQUES JETS

FBN-SPO-JACKSONVILLE-JAGUARS-V-PHILADELPHIA-EAGLES
Photo AFP

Les Jets sont devenus les maîtres du quatrième quart en enregistrant leur deuxième victoire cette saison dans les derniers moments d’un match. C’est le porteur recrue Breece Hall qui a inscrit le touché victorieux avec 16 secondes à jouer. Sur la poussée offensive finale, le jeune quart Zach Wilson, qui revenait au jeu après avoir raté les trois premiers matchs, a complété ses six passes pour 62 verges. Plus tôt dans le match, il avait inscrit un touché sur un jeu truqué quand le receveur Braxton Berrios lui a lancé le ballon. 


4. QUAND RIEN NE VA...

FBN-SPO-JACKSONVILLE-JAGUARS-V-PHILADELPHIA-EAGLES
Photo AFP

Les Bears doivent composer avec l’une des pires attaques de l’histoire récente du football. Cette semaine, ils ont connu leur meilleure récolte aérienne... soit 155 petites verges ! Si au moins les unités spéciales contribuaient, mais face aux Giants, cette facette du jeu a plutôt été le dernier clou dans leur cercueil. Avec deux minutes et des poussières à jouer, les Bears s’apprêtaient à reprendre le ballon, mais Velus Jones a échappé le botté de dégagement. Quand ça va mal... 


5. LES PACKERS DE JUSTESSE

FBN-SPO-JACKSONVILLE-JAGUARS-V-PHILADELPHIA-EAGLES
Photo AFP

Les Packers étaient largement favoris face aux Patriots, privés de leur quart-arrière partant Mac Jones. Son substitut, Brian Hoyer, s’est blessé à son tour en début de match et c’est la recrue de Western Kentucky, Bailey Zappe, qui a pris le relais. Dans le contexte, il n’a pas mal paru (10 en 15, 99 verges, un touché) et les Packers ont eu besoin d’un placement de Mason Crosby en prolongation pour l’emporter. Il est à noter que les Patriots étaient négligés par 10 points pour la deuxième fois seulement en 20 ans.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.