/world/europe
Navigation

Fragilisée, Liz Truss assume son revirement fiscal

Fragilisée, Liz Truss assume son revirement fiscal
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La Première ministre britannique Liz Truss a assumé mardi sa volte-face sur une baisse d’impôts pour les plus riches, un revirement qui l’a fragilisée au moment où d’autres sujets de tensions montent au sein même de son propre camp. 

• À lire aussi: Malgré les turbulences, le ministre britannique des Finances maintient le cap des baisses d'impôts

Au pouvoir depuis à peine un mois, la dirigeante conservatrice âgée de 47 ans, qui a succédé à Boris Johnson, connaît des débuts agités lors du congrès de son parti qui se tient jusqu’à mercredi à Birmingham (centre de l’Angleterre).

À deux ans des prochaines élections, où l’opposition travailliste est donnée largement gagnante selon les sondages, la Première ministre n’a de cesse de défendre son approche «responsable», alors que le «mini-budget» présenté le 23 septembre a suscité une foule de critiques pour ses baisses d’impôts financées par la dette.

Face au tollé, son gouvernement a dû annoncer lundi qu’il renonçait, sous la pression de sa propre majorité, à supprimer la tranche d’imposition la plus élevée, une mesure qui cristallisait l’opposition car bénéficiant aux contribuables les plus riches.

«Il n’y a pas de honte pour un dirigeant à écouter» et «répondre» aux préoccupations, a déclaré Liz Truss sur Sky News.

Après avoir dans un premier temps botté en touche, elle a fini par affirmer son soutien à son ministre des Finances Kwasi Kwarteng. «Je fais confiance au chancelier» de l’Echiquier, «absolument», a-t-elle affirmé sur TalkTV.

La presse britannique avait laissé entendre que M. Kwarteng s’apprêtait dans un nouveau revirement, à présenter d’ici la fin du mois, avant la date prévue du 23 novembre, le financement détaillé de ce plan ainsi que les prévisions qui le soutiennent.

Mais Kwasi Kwarteng a affirmé mardi sur la chaîne GB News que son projet serait détaillé le 23 novembre, pas avant.

C’est l’absence de chiffrage sur le montant du méga-paquet budgétaire, de projections sur l’impact de ce plan de dépenses massif, sans réductions de dépenses envisagées et avec un financement par emprunt à l’heure où l’inflation flambe et les taux grimpent, qui avait mis le feu aux marchés financiers la semaine dernière. La banque centrale était intervenu en urgence en rachetant des bons du Trésor à long terme pour éviter une banqueroute de fonds de pensions.

Promesses de Johnson

Un autre front s’annonce d’ores et déjà délicat pour le gouvernement Truss, celui des prestations sociales.

La cheffe du gouvernement a indiqué qu’» aucune décision» n’a encore été prise à propos de la base sur laquelle elles seraient réévaluées, alors que l’inflation frôle les 10%.

Le sujet crée déjà des dissensions au sein même du gouvernement. La secrétaire d’État chargée de relations avec le Parlement, Penny Mordaunt, a souligné sur Times Radio qu’elle a «toujours soutenu, qu’il s’agisse des retraites ou de notre système de protection sociale, le fait de suivre l’inflation».

De quoi susciter des questions sur la discipline du gouvernement.

«Les gens donnent des interviews tout le temps, au congrès du parti, les gens parlent», a minimisé Liz Truss sur la même radio. «L’important, c’est que nous sommes tous unis derrière le plan de croissance».

Le chef de la commission parlementaire du Trésor, Mel Stride a aussi averti sur la BBC qu’il y réfléchirait à deux fois s’il devait voter pour une augmentation des prestations alignée sur les salaires plutôt que sur l’inflation, laissant à nouveau augurer d’un risque de rébellion dans les rangs de la majorité.

Plusieurs anciens ministres de Boris Johnson, redevenus simples députés, ont rappelé à Liz Truss de rester dans la ligne du programme de M. Johnson lors des élections triomphales de décembre 2019.

Au congrès du parti, l’un des poids lourds de la majorité, l’ex-ministre Michael Gove, a souligné lors d’une rencontre que les conservateurs doivent faire en sorte que les engagements du programme de 2019 soient «honorés», après que Liz Truss fut revenue sur le moratoire sur la fracturation hydraulique.

Interrogé par des journalistes pour savoir si elle pourrait se maintenir à son poste jusqu’à la fin de l’année, il a néanmoins répondu par l’affirmative.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.