/world/europe
Navigation

France: des affaires judiciaires embarrassent la présidence Macron

France: des affaires judiciaires embarrassent la présidence Macron
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président français Emmanuel Macron se retrouve fragilisé à l’ouverture d’une session parlementaire cruciale, avec des affaires de conflit d’intérêts impliquant son emblématique ministre de la Justice et le secrétaire général de la présidence. 

• À lire aussi: France: le ministre de la Justice renvoyé en procès pour conflit d’intérêt

Une première pour un garde des Sceaux en exercice en France: la Cour de justice de la République (CJR) a ordonné lundi un procès contre Eric Dupond-Moretti, accusé d’avoir profité de sa fonction pour régler des comptes avec des magistrats à qui il s’était opposé quand il était avocat.

Quant au bras droit du chef de l’État, Alexis Kohler, il a été inculpé le 23 septembre pour prise illégale d’intérêts dans l’enquête sur ses liens familiaux avec l’armateur italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC), a annoncé lundi le parquet.

Ces affaires tombent d’autant plus mal pour l’exécutif, désormais réduit à une majorité relative à l’Assemblée nationale, que le Parlement a repris lundi ses travaux et doit examiner le projet de budget 2023, puis dans les prochains mois une réforme des retraites contestée.

Démissionner «n’est pas à l’ordre du jour», a déclaré mardi M. Dupond-Moretti, ancien ténor du barreau nommé à la Justice en juillet 2020, en marge d’un déplacement à Paris, se prévalant de la «confiance» exprimée par la Première ministre Elisabeth Borne.

Le ministre, dont les avocats ont immédiatement annoncé se pourvoir en cassation, a assuré que pas plus que son inculpation dans ce dossier depuis juillet 2021, son renvoi devant la CJR n’entraveraient sa mission.

La présidence a pour a part indiqué que M. Kohler resterait au poste stratégique qu’il occupe auprès du chef de l’État depuis son accession au pouvoir en 2017.

L’intéressé, qui «conteste avec force avoir commis tout délit», selon son avocat, est soupçonné d’un éventuel conflit d’intérêts entre ses responsabilités dans la fonction publique et ses liens avec MSC, l’un des plus grands transporteurs de conteneurs au monde, fondé et dirigé par les cousins de sa mère, la famille Aponte.

«Défiance»

Le maintien en poste des deux hommes, après plusieurs décennies pendant lesquelles en France tout ministre inculpé se voyait contraint de quitter le gouvernement, a provoqué un tollé aussi bien du côté de l’opposition que de la société civile.

L’association anticorruption Anticor a appelé à «mettre la pression pour obtenir la démission» des responsables mis en cause, regrettant l’existence de facto d’» une espèce de baromètre de l’acceptabilité des atteintes à la probité».

L’ONG Transparency International s’est prononcée pour une démission de M. Dupond-Moretti qui «permettrait d’éviter que cette séquence ne nourrisse le sentiment de défiance de l’opinion publique à l’égard de l’ensemble de la classe politique».

«Qu’un garde des Sceaux (...) soit donc soupçonné d’entrave à l’indépendance de la justice, principe cardinal de l’État de droit dont il est le dépositaire et le président de la République le garant, est tout simplement stupéfiant», s’inquiète dans un éditorial mardi le quotidien Le Monde.

«Jusqu’à quand ce grand chaos au sommet de la justice peut-il durer ?», s’interroge le journal.

«Le président Macron doit maintenant choisir: être président de la République ou chef de clan», a lancé pour sa part le député écologiste Benjamin Lucas.

Pour la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, adversaire de M. Macron au second tour de la présidentielle en 2017 et en 2022, la «présomption d’innocence» n’impose pas systématiquement à un ministre de démissionner, mais dans le cas d’Eric Dupont-Moretti, son portefeuille pose problème, car «la justice doit donner une apparence irréprochable».

Marine Le Pen a dit vouloir s’attaquer par une proposition de loi pour s’attaquer au «pantouflage» des hauts fonctionnaires, qui est selon elle «l’hormone de croissance des conflits d’intérêts».

«C’est sans précédent, un niveau de banalisation de l’acceptation des affaires par le président de la République qui est inacceptable», a affirmé le président du groupe Les Républicains (LR, droite) à l’Assemblée nationale Olivier Marleix.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.