/finance/business
Navigation

Wealthsimple visée par une demande d’action collective

Justin Trudeau
Photo tirée de Twitter Le premier ministre Justin Trudeau (dans le reflet de l’ordinateur) avait louangé Wealthsimple, en mai 2017, lors d’un discours prononcé dans les locaux torontois de l’entreprise.

Coup d'oeil sur cet article

La plateforme de courtage en ligne Wealthsimple, financée par le clan Desmarais, est visée par une demande d’action collective de petits investisseurs de cryptomonnaies, qui estiment avoir payé des frais cachés, ce que nie vigoureusement la firme.

« Oubliez les frais mensuels, les frais de change, les soldes minimaux et les mauvaises surprises », peut-on lire en grosses lettres sur le site web de la plateforme torontoise Wealthsimple.

Or, c’est précisément ces « mauvaises surprises » à l’achat de cryptomonnaies que lui reproche l’avocat Joey Zukran, de LPC Avocat, dans sa demande d’autorisation d’exercer une action collective déposée jeudi dernier.

Prix gonflés

« Le prix du marché affiché par Wealthsimple n’est pas le vrai », allègue-t-il.

« Quand le consommateur achète au prix marché sur Wealthsimple, il achète à un prix beaucoup plus élevé et gonflé », avance l’avocat.

Au Journal, Joey Zukran souligne que la montréalaise Shakepay fait également partie de la demande pour les mêmes raisons.

Pour envoyer un message clair aux firmes, il exige 10 millions $ en dommages punitifs ainsi que le remboursement des « frais dissimulés » à chacune d’elles.

Clan Desmarais

Wealthsimple, financée à coup de 100 millions $ par Power Corporation, a parmi ses administrateurs Paul Desmarais III, président et PDG de Sagard Holdings et Patrick Pichette, partenaire d’Inovia Capital.

En mai 2017, le premier ministre, Justin Trudeau s’était déplacé dans leurs bureaux de Toronto pour y prononcer un discours.

Il avait alors dit que « l’entreprise est couronnée de succès parce qu’elle donne la priorité aux gens, en rendant le processus d’investissement accessible, et qu’elle leur donne même le sentiment de pouvoir agir ». 

En mai 2021, Wealthsimple a clos une ronde de 750 millions $, ce qui avait fait passer sa valeur à plus de 5 milliards $ grâce à des investisseurs comme Meritech and Greylock. DST Global, Sagard, Iconiq et iNovia.

Wealthsimple se défend

Hier, Wealthsimple a nié en bloc ce qui lui est reproché, en disant au contraire avoir misé sur la « transparence ».

« Nous avons toujours fait preuve de transparence quant aux montants que nous facturons pour nos services. C’est l’engagement que nous avons pris envers nos clients. Cette action en justice est sans fondement, et nous nous défendrons », a rétorqué la firme dans une déclaration transmise au Journal.


Les détails sur cette action collective sur le site de la firme LPC Avocat : lpclex.com/fr/crypto/

Wealthsimple

  • Siège social : Toronto
  • Activité : Courtage en ligne
  • Actifs : 15 milliards $
  • PDG : Michael Katchen 
  • Clients canadiens : 2,5 millions
  • Bureaux : Toronto et New York

Source : Wealthsimple et MoneySense

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.