/news/politics
Navigation

3e lien: le maire de Québec évite de «s’opposer» au gouvernement

3e lien: le maire de Québec évite de «s’opposer» au gouvernement
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Le rôle du maire de Québec n’est pas de «s’opposer» au gouvernement dans un dossier comme le troisième lien, mais plutôt de «défendre» les intérêts de ses citoyens, plaide Bruno Marchand.

• À lire aussi: Marchand ramollit

• À lire aussi: Distorsion du vote: Legault ferme la porte à double tour à une réforme du mode de scrutin

• À lire aussi: Marchand c. Villeneuve: prise de bec sur les sports à Québec

«Le maire de Québec, s’opposer... depuis le début que je vous dis ça, depuis la mi-avril il y a un an et demi quand on s’est présentés : le maire de Québec, son travail, c’est de défendre les citoyens de Québec», a affirmé M. Marchand en mêlée de presse mercredi.

«Alors à travers les questions qu’on a posé dans le projet de troisième lien, on demeure à attendre la présentation des faits [...] puis après ça on va pouvoir disposer du projet et dire comment on peut y contribuer, comment on peut le faire avancer dans la mesure de ce qui va nous être présenté.»

M. Marchand, qui refuse toujours de lui accorder son appui ou non, continue de demander des données sur la mouture du tunnel qui sera retenue, ses sorties et ses impacts sur l’étalement urbain ou l’environnement.

Le maire a «félicité» le premier ministre Legault pour sa victoire lors d’un appel mercredi. Ils n’ont pas discuté de projets spécifiques, mais ont convenu «qu’on avait grand intérêt à trouver des terrains communs d’entente».

Selon lui, tous les deux ont «la même ambition pour Québec».

Intimidation

D’autre part, M. Marchand se défend de manquer de mordant dans ses relations avec le gouvernement Legault comme lui a reproché le chef de l’opposition Claude Villeneuve.

Celui-ci a déclaré que «c’est pas en disant qu’on n’a pas de pouvoir de négociation qu’on intimide grand monde».

«Il y aura toujours quelqu’un pour dire qu’on devrait être plus dure, qu’on devrait être plus ferme, [que] ça devrait être sans merci, sans nuances. Moi, je constate pas que c’est ça qui va donner les meilleurs résultats», répond le maire Marchand.

Il prône des discussions franches, mais respectueuses. «Si la porte est fermée parce qu’on a joué au bully [...] je pense qu’on n’a rien gagné, qu’on n’a pas bien servi les citoyens de Québec.»

Des bons mots pour Julien

Et alors que les rumeurs vont bon train sur l’identité du prochain ministre responsable de la Capitale-Nationale, le maire Marchand a refusé d’émettre une préférence puisque c’est la «prérogative» de François Legault.

Il a toutefois eu de bons mots pour le ministre sortant Jonatan Julien, avec qui il s’«entend très bien».

«J’espère que M. Julien fait partie des candidats dont le premier ministre va évaluer la candidature [...]. Il a fait une très bonne campagne», a glissé le maire.

Quant à Mme Guilbault, tout indique qu’elle ne sera pas renouvelée dans ce mandat.

Bruno Marchand assure qu’il ne «regrette rien» de son attitude à son égard et considère que leur relation était plus amicale que ce qu’on en dit.

«On s’est parlés Geneviève et moi ce matin. On est capables de se parler. On s’entend bien. Elle a le goût d’autres défis, moi, je respecte ça. Il n’y a pas d’enjeu pour moi. Si elle était revenue, on aurait travaillé ensemble», a-t-il affirmé.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.