/opinion/columnists
Navigation

La volonté du peuple? Où ça?

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, 34 % des gens n’ont pas pris la peine d’aller voter?

C’est rien. Attendez les prochaines élections.

Je suis sûr que le taux d’abstention va être encore plus élevé. 

Car les gens vont se dire : «À quoi ça sert de voter si mon vote n’est pas pris en compte? S’il ne pèse pas dans la balance? Si le parti qui me semble proposer le meilleur programme n’a aucune chance de gagner dans ma circonscription?

«Je vais faire de la figuration, c’est ça? Pourquoi je cautionnerais par mon vote un système qui m’apparaît injuste? Au contraire : moins il y a de gens qui accepteront de participer à cette mascarade de démocratie, plus il va y avoir de la pression pour qu’on adopte un mode de scrutin plus représentatif!» 

  • Écoutez l'édito de Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h 45 via QUB radio :

LES «GRATTEUX DE GUITARE»

François Legault a dit que la réforme du mode de scrutin était un sujet abscons qui n’intéressait que «les intellectuels».

Avant lundi, oui, ça se peut que seuls les maniaques de politique s’intéressaient à ce sujet, effectivement. 

Mais plus maintenant. 

Pas besoin d’avoir une maîtrise en sciences politiques pour comprendre que ça n’a aucun sens qu’un parti qui a récolté 14,6 % des votes ait 21 sièges (PLQ), alors qu’un parti qui a récolté 14,9 % des votes n’en ait que 3 (PQ). 

Ni pour trouver que c’est une farce monumentale qu’une formation marginale comme le PLQ, qui n’a presque plus aucun écho hors de Montréal et qui n’attire plus que 7 % du vote francophone, puisse mériter le titre d’opposition officielle. 

Aujourd’hui, tout le monde regarde ces chiffres et se dit : «WTF?»

Tu as peut-être besoin d’être un expert en mécanique automobile pour deviner, juste par le son que font tes roues quand tu appuies sur le frein, que ton galiper est fini. 

Mais pas besoin d’être Jacques Villeneuve pour savoir que quelque chose cloche dans ton auto quand tu tournes ton volant à droite et que ton véhicule bifurque à gauche. 

Un moment donné, c’est juste une question de gros bon sens. 

DEHORS, DEDANS

Malheureusement, ni la CAQ ni le PLQ ne voudront bouger le petit doigt pour qu’on change un mode de scrutin qui les a si bien servis. 

C’est toujours comme ça.

Quand tu te gèles les bijoux de famille à l’extérieur, tu chiales contre les gens qui sont en dedans.

Mais une fois que tu es à l’intérieur, bien au chaud, à côté de ceux qu’hier encore tu critiquais, tu barres la porte à double tour pour te protéger des gens qui gèlent dehors. 

C’est ce que fait la CAQ. 

«Hein? Quoi ? On a promis de changer le mode de scrutin? Mais c’est de l’histoire ancienne, voyons! On était jeune, on était fou!»

Dans quatre ans, nous allons encore être appelés à voter. 

«Venez, vous allez tenir l’un des rôles principaux dans une pièce intitulée DÉMOCRATIE...»

Wow, c’est cool, dirons-nous en courant vers le bureau de scrutin. 

Puis le soir, on va regarder la soirée électorale à la télé et on va se rendre compte que finalement, on servait juste à remplir les estrades, dans le fond. 

Histoire de montrer que le peuple était au rendez-vous.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.