/finance/pme
Navigation

Sauvée par son virage numérique

L’Érablière Bernard a réussi à survivre à la pandémie grâce à son site en ligne

Érablière Bernard
Photo courtoisie Trois des quatre têtes dirigeantes de l’Érablière Bernard. De gauche à droite : Sarah Bernard, Amanda Racicot et Cathy Bernard.

Coup d'oeil sur cet article

C’est sans doute sa petite boutique en ligne qui a aidé l’Érablière Bernard à passer à travers le printemps 2020.

• À lire aussi: Boutiques en ligne: l’emballage personnalisé fait partie de l’expérience client

Dès l’annonce de la fermeture des salles à manger, le téléphone s’est mis à sonner « comme dans une pizzeria », relate Amanda Racicot, la 6e génération à se succéder à la barre de l’entreprise familiale. Elle se rappelle que quatre personnes travaillaient à la fois pour répondre aux appels. 

Les demandes de portions à emporter se sont mises à exploser et n’ont jamais arrêté. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires repose à 70 % sur les ventes de produits transformés vendus en ligne et dans les différents points de vente, plutôt que sur les repas en salle à manger. 

Gros virage

La famille a développé 40 % de nouveaux produits et a mis en chantier une usine de beignes qui pourra bientôt quintupler la production. Il est clair, selon Mme Racicot, que la pandémie a eu un impact important sur l’entreprise et que cette dernière s’en tire même mieux qu’avant. « Ç’a été un gros virage pour nous, mais on a eu du soutien dans tout ça ».

La famille a compris rapidement qu’elle devait modifier son site transactionnel qui fonctionnait à l’aide d’un fichier Excel. Une fois la saison des sucres 2020 terminée, Mme Racicot a cherché de l’aide pour améliorer son site internet et sa boutique en ligne. Elle visait une plateforme plus user-friendly et capable de répondre à la demande. 

L’aide est venue du Centre d’aide aux entreprises Haute-Yamaska et région, qui venait de lancer un programme visant à optimiser les sites web des entreprises du coin. « On a pu avoir de beaux moyens pour créer notre site internet parce qu’on s’entend, ce sont de gros investissements ».

Nouveau site transactionnel

En plus d’un nouveau site transactionnel, les améliorations se sont traduites par une panoplie de petits détails faisant la différence, selon elle : message aux visiteurs quand des produits impayés sont laissés dans le panier virtuel, texto de rappel pour le ramassage des produits, sondage de satisfaction et une abondance de statistiques sur les produits qui aident entre autres à planifier la production et l’achat des ressources premières.

Deux personnes dans l’entreprise s’occupent maintenant du site internet de l’érablière, dont Amanda. En raison de l’évolution constante des technologies et des besoins des clients, une supervision régulière est nécessaire. 

« On dirait qu’on est toujours en apprentissage. Un site internet, ce n’est pas quelque chose que tu peux mettre en place et oublier après. Ça demande de l’entretien ».

Son conseil aux entreprises désirant revamper ou créer leur site transactionnel est d’aller chercher des ressources professionnelles et des programmes d’aide. La collaboration entre entreprises d’un même secteur est également un avantage.

Profil

Fondée en 1920

Siège social : Granby

Nombre d’employés : 18

Actionnaires : Sarah et Cathy Bernard

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.