/finance/opinion/columnists
Navigation

Vivement un fonds commun de la Caisse

GEN - CAISSE DÉPÔT LOGO
Photo d'archives, Martin Alarie Le hall d’entrée de l’édifice Jacques-Parizeau, à Montréal, où se trouvent les bureaux de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Il serait grandement temps que tous les Québécois aient la possibilité de bénéficier de l’expertise et de la performance des gestionnaires de la Caisse de dépôt et placement.  

Comment? En pouvant investir directement une portion de leurs épargnes dans un fonds commun de placement basé sur le gigantesque portefeuille diversifié de la Caisse. 

À mes yeux, il suffirait que le nouveau gouvernement de François Legault en fasse une priorité pour que le projet puisse enfin voir le jour. Je suis persuadé que ce projet aurait manifestement l’appui des chefs des partis d’opposition.  

On va me dire que la Caisse n’a pas de réseau de vente pour distribuer un tel fonds auprès des épargnants et que ce n’est pas son rôle.  

Effectivement, ce n’est pas à la Caisse de s’occuper de la vente au détail d’un fonds commun de la Caisse.  

  • Écoutez l'édito économique de Michel Girard diffusé chaque jour en direct 7h35 à QUB radio :

AVEC ÉPARGNE PLACEMENTS QUÉBEC 

La solution de la distribution au détail des parts de ce fonds doit tout simplement passer par Épargne Placements Québec, laquelle société d’État distribue déjà sur le marché du détail une panoplie de produits d’épargne et de retraite destinés aux épargnants québécois. 

Le gouvernement du Québec n’a qu’à donner son aval à Épargne Placements Québec pour que la société d’État mette sur pied pareil fonds commun dont l’objectif est de «cloner» le rendement de la Caisse.  

Épargne Placements Québec deviendrait un simple déposant de la Caisse, au même titre que n’importe lequel des 46 déposants actuels de l’institution, dont les plus gros sont le Régime des rentes du Québec, le Régime de retraite des employés du gouvernement du Québec, le Fonds d’amortissement des régimes de retraite, les régimes d’assurance CNESST et SAAQ, le Fonds des générations.  

En passant, la grosseur du fonds n’est pas un obstacle en soi: parmi les 46 déposants de la Caisse, on retrouve des petites caisses de retraite, tels le Régime de retraite HEC (33 M$), le Régime de retraite des policiers de Longueuil (34 M$), le Régime de retraite de l’École Polytechnique (92 M$), etc. 

Tout cela pour dire que le futur Fonds de la Caisse pourrait débuter avec une modeste mise de fonds de la part d’Épargne Placements Québec.  

LA MÉCANIQUE  

Comme la Caisse de dépôt et placement publie son rendement deux fois par année, soit au 30 juin et au 31 décembre, le prix d’achat des parts dudit Fonds de la Caisse pourrait ainsi être révisé chaque semestre. Comme c’est d’ailleurs le cas avec les actions des deux populaires fonds de travailleurs, le Fonds de solidarité de la FTQ et Fondaction de la CSN.  

Ainsi, à l’instar des deux fonds de travailleurs, la valeur du Fonds de la Caisse fluctuerait au gré de la performance semestrielle du portefeuille sous gestion.  

Et comme c’est le cas pour les fonds de travailleurs et tous les déposants de la Caisse, pas question ici d’offrir un rendement garanti aux détenteurs des parts du Fonds de la Caisse.  

En investissant dans le Fonds de la Caisse, l’épargnant devra être pleinement conscient que son placement renfermera un certain degré de risque. Comme c’est aussi le cas avec les parts des fonds communs de placement.  

  • Écoutez l'édito économique de Michel Girard diffusé chaque jour en direct 7h35 à QUB radio :

AVANTAGES D’UN FONDS DE LA CAISSE 

Avec son gigantesque portefeuille grandement diversifié, la Caisse réussit bon an mal an à rapporter un rendement très compétitif dans le merveilleux monde des caisses de retraite et des grands fonds de placement.  

Non seulement le portefeuille équilibré de la Caisse est-il géographiquement diversifié, mais en plus il renferme des actifs dans une foule de secteurs spécialisés: immeubles, infrastructures, marchés boursiers, placements privés, obligations, crédit, etc.  

Au 30 juin dernier, et ce malgré la déconfiture des marchés financiers lors du premier semestre, la Caisse affichait un rendement annualisé de 6,1% sur 5 ans et de 8,3% sur 10 ans.  

DES OPPOSANTS? 

Pas de doute que la création d’un futur Fonds de la Caisse par Épargne Placements Québec pourrait soulever de la grogne parmi le milieu de la haute finance.  

Dans une entrevue accordée à mon collègue Sylvain Larocque sur l’hypothétique possibilité de confier son épargne-retraite à la Caisse, voici la réaction de Richard Guay, ancien PDG de la Caisse, aujourd’hui professeur de finance à l’UQAM: «C’est sûr qu’il y aurait des réactions du secteur financier privé, qui dirait, bien là, c’est une concurrence presque déloyale.»

Que le milieu de la finance chiale, je m’en fous. Le libre marché, c’est pour tout le monde.  

On est en 2022!  

Il est grandement temps que les petits épargnants québécois puissent eux aussi, à l’instar des employés de l’État, profiter de la performance des gestionnaires de la Caisse pour faire fructifier directement leurs épargnes.  

Et lâchez-moi avec le fait que l’on bénéficie de la Caisse avec le Régime des rentes du Québec. Le RRQ c’est un régime universel qui ne nous fait pas pleinement bénéficier de la performance de la Caisse, individuellement parlant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.