/finance/business
Navigation

Fausses offres d’emploi à l’étranger

Le nom de fermes québécoises utilisé pour leurrer des travailleurs agricoles

Jean-Guy Beaudet
Photo Agence QMI, Andréanne Lemire Actionnaire avec plusieurs membres de sa famille de la ferme laitière Ste-Sophie, qui compte plus de 1000 vaches, Jean-Guy Beaudet souhaite sensibiliser les autres agriculteurs au risque que le nom de leur ferme soit utilisé pour frauder des travailleurs étrangers.

Coup d'oeil sur cet article

La forte demande pour des travailleurs étrangers en contexte de pénurie de main-d’œuvre attire les fraudeurs qui utilisent le nom de fermes québécoises pour soutirer des milliers de dollars à des personnes qui cherchent à venir travailler chez nous.

• À lire aussi: Travailleurs étrangers: un programme vieux de 49 ans à dépoussiérer

Le stratagème des fraudeurs a été révélé par La Terre de chez nous. L’ancien militaire Sylvain Chartrand a découvert plusieurs fausses offres d’emploi qui utilisaient le nom de fermes québécoises alors qu’il cherchait lui-même à recruter à l’étranger de l’aide à domicile. Les faux employeurs demandent de l’argent aux travailleurs étrangers pour obtenir l’emploi. Or, il s’agit d’une fraude.

Le producteur Jean-Guy Beaudet de la Ferme Ste-Sophie, située à Sainte-Sophie-de-Lévrard, près de Bécancour, a dit se sentir impuissant face à la situation. « On l’a communiqué à l’Union des producteurs agricoles et on n’a pas eu de nouvelles. Qui peut faire quelque chose ? » s’est-il désolé.

L’offre d’emploi utilisant le nom de la Ferme Ste-Sophie demandait des cueilleurs de petits fruits alors qu’il s’agit d’un producteur de lait. 

« Déjà là, ça ne fonctionne pas. Et on ne fait jamais payer les travailleurs étrangers pour venir chez nous », explique M. Beaudet qui emploie cette main-d’œuvre depuis 20 ans à la ferme familiale. Cinq Guatémaltèques viennent prêter main-forte l’été et cinq autres l’hiver.

L’appât des salaires

Le Centre antifraude du Canada (CAFC) a reçu 43 signalements semblables au cas de la Ferme Ste-Sophie depuis le début de l’année. Les suspects demandent à la victime d’envoyer des fonds pour le traitement de la demande de visa et l’obtention du permis de travail. Ils font miroiter de bons salaires et cessent tout contact une fois l’argent empoché. Une victime des Philippines a ainsi perdu 14 000 $.

« Si une ferme est informée que son nom est utilisé, il serait important de mettre une alerte sur leur site web », conseille un porte-parole du CAFC, Jeff Horncastle, admettant du même coup qu’il existe peu de moyens pour éviter le faux usage de nom de fermes ou d’entreprises.

Les fraudeurs sont actifs sur plusieurs marchés. Ainsi, les travailleurs étrangers déjà au Québec sont aussi susceptibles de recevoir des offres de salaires plus alléchants aux États-Unis. Jean-Guy Beaudet a sensibilisé ses travailleurs guatémaltèques face aux dangers de traverser la frontière, où ils deviendraient des clandestins. 

Nuisible pour le Québec

À l’Union des producteurs agricoles, on dénonce le caractère inacceptable de l’usurpation de noms de fermes québécoises dans des offres d’emploi frauduleuses. 

« Cette problématique nuit autant à la réputation du Québec et du Canada qu’aux travailleurs étrangers qui paient pour un service qu’ils n’auront jamais. Nous espérons que les gouvernements prendront des mesures pour mettre fin à ce problème », a réagi Jessica Blackburn, chargée des relations de presse.

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation invite les agriculteurs visés à se tourner vers la police.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.