/news/politics
Navigation

Duhaime a consacré trop de temps à courtiser les anglos, selon des conservateurs

Duhaime a consacré trop de temps à courtiser les anglos, selon des conservateurs
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

La grogne est entrée au Parti conservateur du Québec: l’échec à faire élire un député le 3 octobre dernier a ravivé l’insatisfaction de l’aile nationaliste du parti. 

• À lire aussi: PCQ: ces vautours qui rôdent autour de Duhaime

• À lire aussi: Les comiques qui contestent Duhaime

«On a passé trop de temps à essayer d’avoir le vote des anglophones, alors que c’était une cause perdue, a confié une source conservatrice sous le couvert de l’anonymat. On aurait dû mettre toute cette énergie-là dans Beauce-Nord, on aurait peut-être fait élire un député.»

Selon une autre personne impliquée dans la campagne conservatrice, le parti aurait dépensé des sommes considérables pour de la publicité dans les circonscriptions anglophones, une décision qu’elle juge douteuse.

«Un publireportage dans le USA Today, est-ce que ça permet vraiment d’aller chercher des votes au Québec?» s’est-elle interrogée.

La chèvre et le chou

Pendant la campagne électorale, Éric Duhaime a passé plusieurs jours à courtiser les anglophones, en martelant que François Legault les avait abandonnés et que les libéraux les tiennent depuis trop longtemps pour acquis.

Il avait également promis d’abroger la loi 96, dans une conférence de presse remarquée à l’Institut du courtage et de la finance de Montréal. Sur le lutrin, on pouvait lire «Bill 96» derrière un signe d’interdiction, sur une petite affiche exclusivement en anglais.

«Ça ne m’a pas plu, a chuchoté une autre source. Je comprends la stratégie, et des gens au parti étaient convaincus qu’on pouvait convaincre beaucoup d’anglophones de voter pour nous.»

«Mais ça a mis Éric dans une drôle de position: il devait d’un côté essayer de plaire aux anglophones, en même temps qu’il devait ménager les plus nationalistes.»

  • Écoutez l'édito de Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h 45 via QUB radio :

Résultats

Or, ces choix stratégiques ne se sont pas avérés fructueux, a remarqué un candidat conservateur défait. «Dans plusieurs comtés anglophones, on n’a même pas fini deuxième», a-t-il indiqué.

De fait, les conservateurs ont terminé au 5e rang dans Viau, et au 4e rang dans Westmount-Saint-Louis, des circonscriptions où le taux de participation était en deçà de la moyenne provinciale, un signe que les électeurs libéraux déçus ont préféré ne pas se présenter aux urnes plutôt que d’appuyer un autre parti.

Le PCQ a mieux fait dans Robert-Baldwin et dans D’Arcy-McGee, où le parti est arrivé au deuxième rang, mais en restant tout de même plusieurs milliers de voix derrière le PLQ dans les deux cas.

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau à QUB radio :

Test de leadership

Le chef conservateur serait d’ailleurs visé par d’autres critiques au sein de son propre parti. Il aura à passer un «test de leadership» lors du bilan de campagne du PCQ qui se tiendra à Drummondville samedi, comme le disait un candidat défait de la grande région de Québec dans un article de Radio-Canada.

Le diffuseur public rapportait également que des personnes impliquées de près dans la campagne du PCQ considèrent qu’Éric Duhaime était «mal entouré» et déplorent que les décisions se sont prises de façon trop centralisée. Certains membres du parti s’attendraient à davantage d’écoute et à un grand ménage dans l’entourage du chef.

L’attaché de presse d’Éric Duhaime a décliné nos demandes d’entrevue.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.