/opinion/columnists
Navigation

La langue coupée de la SSJB

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB) est-elle si médiatiquement absente depuis quelque temps ?

Je pose la question. Je n’ai pas la réponse.

Quelque chose ne tourne pas rond, apparemment, avec cette société fondée par Ludger Duvernay il y a presque deux siècles pour défendre la cause nationale, puisqu’on ne l’entend plus !

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que, pourtant, ce ne sont pas les groupes de pression qui manquent au Québec !

Il y a des groupuscules féministes ou post-féministes, des privilégiés anglos qui posent en victimes, des syndicats de toutes sortes, des organisations « adversaires » comme le FRAPRU (représentant les locataires) et la CORPIQ (voix des proprios), etc.

S’il y a un mouvement de pression qui manque dans le décor, c’est bien celui de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Silence étrange

Jadis, il ne se passait pas une semaine sans que l’on entende la voix de François-Albert Angers, un économiste, d’Yvon Groulx, un notaire, de Jean-Marie Cossette, un pilote d’avion, de Nicole Boudreau ou de Gilles Rhéaume (qui a fait du tapage à la tête de ce mouvement).

En ce moment, la présidente est Marie-Anne Alepin, que j’ai rencontrée et que j’aime bien. 

D’origine syrienne, celle-ci démontre, par son exemple, que le nationalisme québécois n’est pas qu’une affaire de « pures laines ».

Pourquoi alors n’entend-on plus la SSJB ? Bizarre !

Combats

Cette organisation historique, qui a su évoluer avec notre peuple, serait plus pertinente que jamais à l’heure de la CAQ « nationaleuse-frileuse » et du pseudo-indépendantisme antinationaliste de Québec solidaire !

Certains « patriotes de l’année » de la SSJB comme l’historien Gilles Laporte ou le très déterminé Frédéric Bastien feraient de bons « ministres » pour les dossiers de l’Histoire dont on doit propager la connaissance ou du gouvernement des juges dont il faut exposer les partis pris fanatiques.

Avec tous ces combats à mener, le silence de la SSJB est vraiment inexplicable !

  • Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 45 via QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.