/entertainment/music
Navigation

La chanteuse Salomé Leclerc croit que le Gala de l’ADISQ a toujours sa place

La chanteuse Salomé Leclerc croit que le Gala de l’ADISQ a toujours sa place
PHOTOS Alexandre Cotton/ Festival en chanson de Petite-Vallée.

Coup d'oeil sur cet article

Toujours à la recherche d’un premier Félix en carrière, Salomé Leclerc croit que le Gala de l’ADISQ sert toujours la cause des artistes et qu’il ne faut pas le débrancher comme viennent de l’être les Galas Artis et Québec Cinéma.

• À lire aussi: Télé et musique: cinq questions à Sylvie Tremblay, productrice de Belle et Bum

• À lire aussi: Des rendez-vous télé pour célébrer notre culture

• À lire aussi: Lulu Hughes un nouvel album plus personnel

« Ça doit rester », dit celle qui a grandi en regardant les galas de l’ADISQ.

Tout en reconnaissant que le concept de remettre des trophées dans un événement télévisé ne rejoint plus autant de gens, l’autrice-compositrice-interprète, en lice pour quatre Félix en 2022, ne voudrait pas que les musiciens québécois soient privés de cette visibilité à l’ère où les plateaux de télé ne leur sont plus aussi accessibles.

« Il y a de moins en moins d’émissions de télé où on peut aller chanter. L’ADISQ, c’est une des belles vitrines. Moi, je suis chanceuse parce que je vais chanter dans le Premier Gala », dit Salomé Leclerc.

C’est aussi, rappelle-t-elle, un tremplin pour des artistes moins connus du public. « Quand tu te fais nommer à l’ADISQ, c’est une maudite belle tape dans le dos. Ça peut changer le momentum ».

Nominations appréciées

Grâce à son très beau Mille ouvrages mon cœur, paru à l’automne 2021, Salomé Leclerc convoite les Félix « Album adulte contemporain », « Autrice-compositrice-interprète », « Réalisation » et « Prise de son et mixage » de l’année.

Si elle l’emporte dans une de ces catégories, elle pourra enfin déposer un Félix sur une tablette chez elle. Jamais couronnée, elle espère évidemment finir par briser la glace sans en faire une obsession.

« En début de carrière, je l’espérais beaucoup, j’ai reçu de belles nominations et je me disais que c’était accessible. Finalement, j’ai été nommée à chaque album dans de super belles catégories. C’est certain si j’en reçois un, je ne cracherai pas dessus, mais je pense que j’apprécie les nominations encore plus qu’avant, surtout le fait d’être nommée pour la deuxième fois dans la catégorie “Auteur-compositeur”. »

Détour en France

En plus de sa participation au Premier Gala de l’ADISQ, Salomé Leclerc fera sa rentrée montréalaise jeudi, à La Tulipe, avec son nouveau spectacle.

Elle revient aussi de France, où elle a participé au festival Le Chainon manquant, une grande foire de spectacles rappelant l’événement Rideau au Québec. Elle espère être tombée dans l’œil de quelques diffuseurs en vue d’aller parcourir la France à l’automne 2023.

« Peu d’artistes québécois y participent. Nous étions deux, Elisapie et moi, mais c’est vraiment cool, j’ai beaucoup aimé ça. Nous avons bien fait ça, je suis sortie de scène pas trop découragée. J’ai hâte de voir les répercussions. »


  • Animé par Pierre Lapointe, le Premier Gala de l’ADISQ sera présenté sur Télé-Québec, mercredi, à 20 h.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.