/finance/business
Navigation

Campagne osée de Simons mettant en scène l’aide médicale à mourir

Coup d'oeil sur cet article

La maison Simons a joué d’audace et a envoyé à ses clients le weekend du 30 octobre, via son infolettre, une vidéo racontant l’histoire de Jennyfer, une jeune femme qui a reçu l’aide médicale à mourir quelques jours plus tôt.  

• À lire aussi: Un magasin Simons ouvrira ses portes dans les Maritimes

Pour Peter Simons, ce projet spécial vise à célébrer la beauté à travers les épreuves de la vie, alors que quelques voix au Canada anglais dénoncent l’exploitation de la mort pour le commerce. 

« Le monde ne tourne pas autour du commerce. Ultimement, il tourne autour des relations et de notre habileté à se tenir en communauté avec un sens des responsabilités pour les autres », a expliqué Peter Simons en entrevue au Journal de Québec

Celui qui a cédé la présidence de Simons en mars dernier a piloté le projet. Il admet être blessé par les quelques commentaires virulents reçus au sujet de cette initiative fondée sur ses bonnes intentions, bien qu’il anticipait ne pas faire l’unanimité. 

Capture d'écran YouTube

« Y a-t-il beauté et créativité sans courage? Je le dis avec humilité, mais je crois que non. Sans le courage, il y a juste une continuité de ce qui est. Ce n’est pas assez pour nous », dit-il, en précisant qu’il voulait faire quelque chose de significatif, qui va au-delà des reels sur Instagram et Tik Tok. 

La vidéo de trois minutes, intitulée Tout est beauté, s’ouvre dans une chambre d’hôpital vide. On entend la voix d’une femme racontant que mourir à l’hôpital n’est pas la façon naturelle de partir et que dans ces moments, on a besoin de sérénité. Puis elle dit que parfois, c’est devant la mort que la vie prend tout son sens. Ensuite, le spectateur découvre Jennyfer, une musicienne de 37 ans qui trace des cercles dans le sable d’une plage. On plonge dans ses désirs, dans la nature, dans ses amitiés et toutes ces petites choses qui font la beauté de sa vie. 

Pour le média marketing The Message, « la tendance actuelle des marques à prendre position sur des enjeux sociaux a été portée à un nouveau niveau » avec la campagne Tout est beauté

Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Le professeur de communication Luc Dupont à l’Université d’Ottawa remarque que la vidéo de Simons marque un virage dans la manière dont l’entreprise met de l’avant son identité. L’entreprise, observe-t-il avance sur le terrain de la responsabilité sociale plus que de la publicité, une zone où la mort est interdite. 

« On n’est pas loin des relations publiques. Mais on est à deux coins de rue de Noël, je suis obligé de vous le dire », souligne M. Dupont, pour qui l’initiative évoque les audaces de Benetton dans les années 1990, alors que la compagnie avait montré les derniers moments en famille d’un homme atteint du SIDA.  

Dans l’infolettre de Simons, la vidéo sur Jennyfer est aussi accompagnée d’un message de Peter Simons, expliquant le pourquoi de cette initiative, appuyée sur les valeurs d’entraide du détaillant, en activité depuis 180 ans.  

Au Journal, l’homme d’affaires a expliqué avoir rencontré Jennyfer à Vancouver, après avoir discuté avec différentes organisations pour trouver une personne inspirante, avec l’intention de créer une campagne sous le thème de la beauté. Peter Simons l’a vue dans la résilience de la jeune femme, bien que le choix de réclamer l’aide médicale à mourir est encore controversé. Pour lui, le focus est sur la vie, pas sur le choix. 

« J’ai besoin de dire que si on voit de la beauté, on a de la gratitude et si on a de la gratitude, on a de l’espoir et de la générosité. Si on se sent chanceux, on a envie de s’occuper de l’autre. Pas juste de ma mère et de mes enfants que j’aime inconditionnellement, mais d’autrui, des personnes que je ne connais pas. Je veux croire que c’est un catalyseur pour la générosité et un mouvement vers une reconnexion humaine », s’est confié l’homme d’affaires. 

La pandémie a provoqué beaucoup d’isolement, un sentiment de fragilité aussi. Dans ce contexte, produire quelque chose de beau, avec l’intention de faire une différence, apparaissait important aux yeux de M. Simons. Il reconnaît cependant que c’est une histoire difficile.  

Pour créer ce projet avec son équipe, Peter Simons dit s’être rappelé un conseil de son père.  

« Vois ce qui est dans ton cœur et s’il est à la bonne place, il faut que tu fonces parce qu’il y aura toujours du monde qui doute et tu ne feras jamais rien de ta vie sans courage. » 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.