/news/politics
Navigation

Victime de la bureaucratie fédérale: les délais pour un visa nuisent à un entrepreneur

Il pourrait perdre un contrat de 3 M$ malgré les démarches auprès du fédéral

Des délais qui font mal paraître
Photo Diane Tremblay Au 17 octobre, le délai pour obtenir un visa était de 82 jours, comme le montre une capture d’écran réalisée par l’homme d’affaires Luc Harvey. Depuis, le délai est passé à 111 jours. Au lieu de s’améliorer, la situation empire.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme d’affaires de Québec risque de perdre un contrat de 3 M$ en raison des lenteurs du gouvernement du Canada à délivrer des visas. 

« C’est terrible parce qu’on ne sait pas où on s’en va », déplore Luc Harvey, président de Harvey Médical et ancien député de Louis-Hébert pour le Parti conservateur du Canada de 2006 à 2008. 

M. Harvey a conclu un contrat avec un organisme non gouvernemental en Ouganda, qui donne des soins médicaux sur la ligne de front avec la Somalie via les pays voisins, pour les réfugiés et les populations environnantes.

Ce groupe souhaite acquérir de l’équipement médical ainsi que des médicaments génériques « de manière urgente » afin de fournir, selon lui, les cliniques de brousse.

Les discussions avec ce partenaire ont été entreprises en juillet 2021 et en février dernier, les responsables ont demandé à faire une visite auprès des fournisseurs québécois par l’entremise de M. Harvey, lequel est un consultant dans le domaine.

La délégation comprend quatre personnes en tout, dont des travailleurs de la santé.

Délais par-dessus délais 

Pour bien faire les choses et justement éviter les délais inutiles, l’homme d’affaires a retenu les services d’un avocat de Québec.  

« Techniquement, il ne reste qu’à imprimer les visas. On m’a promis que ce serait fait avant la fin du mois d’août. »  

Deux mois plus tard, toujours pas de visa à l’horizon ; et M. Harvey craint les dommages collatéraux sur sa réputation. 

« J’ai excessivement de pression de tous les côtés. [...] On ne parle pas d’immigrants qui rentrent par le chemin Roxham. Ce sont des personnes qui viennent dépenser de l’argent ici. »

« Je fais des promesses. Pis là, j’ai l’air d’un con auprès des fournisseurs. Je perds ma crédibilité partout », ajoute M. Harvey, qui est complètement désemparé face à cette situation.

L’homme d’affaires ne compte plus les démarches auprès d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) pour résoudre ce dossier, qui est en train de lui faire perdre la face. Juste en honoraires d’avocat, il a engagé des frais qui s’élèvent à 10 000 $. 

« C’est un dossier qui devient très lourd et qui me coûte cher en argent et en crédibilité. » 

Magasiner ailleurs

Récemment, M. Harvey a appris que ses clients ont obtenu leur visa pour aller acheter ce dont ils ont besoin en Suisse plutôt qu’au Canada. Ils ont obtenu leur visa en deux semaines, dit-il.

Si la partie n’est peut-être pas encore perdue, l’entrepreneur soutient qu’il est minuit moins une.

À IRCC, on reconnaît qu’il y a des retards dans le traitement de tous les types de demandes, y compris avec les visas de visiteurs. 

« En raison des arriérés de demandes du ministère et malgré nos efforts, nous savons que plusieurs demandeurs connaissent des temps d’attente considérables pour le traitement de leurs demandes. Nous continuons à faire tout notre possible pour réduire les délais de traitement », a dit Isabelle Dubois, porte-parole.  

Dix fois plus de demandes de visa 

  • Plus de 746 000 demandes de visa de visiteur ont été émises du 1er janvier 2022 au 15 juin 2022 par le gouvernement du Canada contre 76 000 au cours de la même période en 2021.
  • Dans la mise à jour économique et budgétaire de 2021, 85 M$ ont été consentis pour réduire les délais.
  • En août dernier, le ministre Sean Fraser promettait l’embauche de 1250 nouveaux employés d’ici la fin de l’automne pour augmenter la capacité de traitement et la réduction des retards à court terme.
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.