/news/politics
Navigation

Le superministre de l’Énergie à la COP27: Fitzgibbon ne doit pas se limiter aux «deals» économiques, plaide Greenpeace

Le superministre de l’Énergie à la COP27: Fitzgibbon ne doit pas se limiter aux «deals» économiques, plaide Greenpeace
Photo AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

La présence du superministre de l'Énergie du Québec à la COP27 crée beaucoup d'attentes. Greenpeace Canada espère que Pierre Fitzgibbon prendra conscience des enjeux climatiques et ne se limitera pas à conclure des «deals» économiques.  

Le ministre de Benoît Charette n’est pas le seul émissaire du gouvernement québécois envoyé à Charm el-Cheikh, en Égypte, à l’occasion de la grand-messe environnementale internationale. Son collègue de l’Économie et de l’Énergie y fait lui aussi un saut pour tenter d’attirer des investisseurs de l’économie verte. 

«On espère qu’il prendra conscience de l’ampleur de la crise climatique et changera son discours et son approche qui, dans le passé, a été loin d’être convaincante en termes de convictions environnementales», souligne Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace Canada. 

Il rappelle que Pierre Fitzgibbon s’est déjà fait le «promoteur de GNL-Québec», le projet d’implantation d’une usine de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay. 

Patrick Bonin ajoute que la COP27 n’est pas un forum économique, mais bien une conférence mondiale de l’ONU sur la lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts. 

«Est-ce qu’il aura une épiphanie et reviendra en grand guerrier vert? J’en doute, mais il est permis d’espérer que s’il profite de sa présence pour élargir sa mission à beaucoup plus que de simplement tenter de faire des deals économiques, ce pourrait être positif», insiste l’environnementaliste. 

Puisque la transition énergétique est cruciale dans la lutte aux changements climatiques, Québec solidaire estime que la présence du ministre de l’Énergie à la COP27 est souhaitable. Mais la députée Alejandra Zaga Mendez invite Pierre Fitzgibbon à ne pas se limiter à des poignées de mains. 

«Il doit écouter les experts qui prennent part à la COP27 et revenir au Québec avec des solutions concrètes et appuyées par la science pour faire de notre secteur énergétique un chef de file mondial», plaide-t-elle. 

Plusieurs ont été surpris d’apprendre que le ministre de l’Énergie se rendait en Égypte. Le communiqué de presse diffusé par son collègue de l’Environnement ne faisait tout simplement pas référence à la présence de Pierre Fitzgibbon au forum mondial.  

Selon une liste fournie par son cabinet, Pierre Fitzgibbon profitera de son passage à l’évènement pour rencontrer une trentaine d’entreprises et de représentants de la société civile, de GM à Arcelor Mittal, en passant par le Fonds de solidarité FTQ. Il prendra également part à des panels au sujet de la transition énergétique. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.