/weekend
Navigation

«Maple»: un nouveau roman coup de poing pour David Goudreault

David Goudreault
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fait un détour par la poésie et présenté une tournée de spectacles, l’incomparable David Goudreault revient à ses anciennes amours – le style romanesque – dans son nouveau livre. Maple, roman policier trashicomique, coup-de-poing, est à la fois une enquête et un portrait social à l’humour grinçant. David Goudreault fait fi des convenances, de la censure et prend toutes les libertés littéraires qu’il souhaite à travers un personnage féminin cynique, grande gueule et très coloré qu’on n’oubliera pas de sitôt.

Ce polar «trashicomique», comme il l’écrit, est inspiré de l’univers de La Bête, une série à succès qui s’est vendue à 128 000 exemplaires. On y retrouve Maple, personnage phare du troisième tome, à sa sortie de prison. Pour rappel, Maple avait été condamnée après avoir agressé un agent pour permettre à la Bête de fuir, à la fin d’Abattre la bête.
Dans le monde où elle retourne, qui est celui de la toxicomanie et de la prostitution, une série de meurtres se produit. Maple, au risque de bousiller l’enquête complètement, s’impose aux policiers pour leur prêter main-forte et découvrir qui ose s’en prendre aux plus vulnérables de la métropole.

Comme dans la trilogie de La Bête, David Goudreault, qui a œuvré pendant 12 ans comme travailleur social, explore les méandres des troubles de la santé mentale et les absurdités des parcours sociaux et carcéraux. Il ne ménage rien. Absolument rien.

De drôles d’années...

En entrevue – une des rares qu’il accordera cet automne puisqu’il se retirera ensuite dans ses quartiers pour préparer son nouveau spectacle –, David Goudreault est très clair sur sa démarche artistique grinçante, irrévérencieuse, unique dans le paysage littéraire. 

Il trouve qu’on vit de drôles d’années, dans une bien drôle d’époque, et essaie d’en tirer un peu d’inspiration. «S’il y a moyen de préserver un peu de liberté dans ces années de haute censure, je vais faire mon petit bout de chemin.»

Maple est un projet qui germait dès la fin de la dernière trilogie. «Pour moi, c’était clair que j’enterrais La Bête. Je ne voulais pas revenir avec ce personnage ni étirer davantage cette trilogie. Je m’étais lancé un défi plus littéraire avec Ta mort à moi, donc quelque chose de plus acrobatique au niveau formel. Mais pendant tout ce temps, l’univers de la Bête me manquait. Il y avait cette folie, cette liberté que je me donnais, que je voulais retrouver---.»

Il s’est demandé comment le faire sans tomber dans la recette, sans ressusciter un personnage dont il voulait se débarrasser, et comment retrouver cette complicité avec ses lecteurs. Ainsi est née l’idée d’écrire un polar. 

«Je voulais respecter les codes du polar, mais l’emmener dans mon univers trashicomique, et en même temps, avoir un propos sur le monde et sur l’époque, à travers une bonne histoire. Pour moi, le plus important, c’est d’avoir une bonne histoire.»

Le droit à la fiction

Autre élément qui lui tient à cœur : affirmer le droit à la fiction. «C’est quand même fou, l’époque où on est. On est dans une espèce d’ambiance d’autofiction prêchi-prêcha, affectée, qu’on en oublie presque que la fiction existe. À un point tel que je reçois des menaces de débiles qui n’arrivent pas à faire la part des choses.»

«Dernièrement, une personne m’a écrit pour me dire que j’étais une vidange : “Crève, trou-de-cul, tueur d’animaux”. Lui, il a lu La Bête et il a pensé que c’était une biographie. Plutôt qu’être sensible à la tragédie de ce personnage-là, ben, il m’insulte et il me menace.» 

Un méchant sauté? «Un sauté parmi d’autres, parce qu’il y a beaucoup de sautés, même dans le milieu littéraire, qui veulent censurer le plus possible les personnes qui prennent trop de place. De plus en plus, on voit des espèces d’offensives très violentes, cruelles, sournoises, infondées, et tout. Moi, on m’a dit que ce n’est plus possible d’écrire des romans comme La Bête. Alors ma réponse... c’est d’écrire pire!»

  • David Goudreault est travailleur social, poète, romancier, parolier. 
  • Il a signé la trilogie à succès La Bête, qui s’est vendue à 128 000 exemplaires.
  • Ses chroniques à l’émission Bonsoir bonsoir ! l’ont fait connaître auprès du grand public.
  • Il a reçu de nombreuses distinctions, dont la médaille de l’Assemblée nationale, la Coupe du monde de poésie, le Grand prix littéraire Archambault et le prix des Nouvelles voix de la littérature.
  • Son premier spectacle de stand-up, Au bout de ta langue, a connu un énorme succès.
  • Il travaillera cet hiver sur son prochain spectacle.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.