/entertainment/shows
Navigation

«Showtime» chez Duceppe: divertir ou mourir

Showtime
Photo courtoisie, Théâtre Duceppe Raphaëlle Lalande fait partie du Projet Bocal, avec Simon Lacroix et Sonia Cordeau, qui a créé la pièce Showtime chez Duceppe.

Coup d'oeil sur cet article

Pour sa première production chez Duceppe, le Projet Bocal veut faire les choses en grand avec la pièce Showtime.

Ce collectif composé de Raphaëlle Lalande, Simon Lacroix et Sonia Cordeau a eu carte blanche pour monter un spectacle à son image : plein de créativité, d’humour et d’abondance. 

«La seule contrainte qu’on a eue, c’était d’avoir une histoire linéaire qui se tient de A à Z, explique Raphaëlle Lalande en entrevue. Normalement, on fonctionne plus sous forme de tableau, qui correspond mieux à notre style éclaté. Cela a été un peu plus difficile à créer.»

Sonia Cordeau
Photo courtoisie, Théâtre Duceppe
Sonia Cordeau

Se mettre en scène

Le trio a non seulement écrit ce spectacle, mais il assure aussi la mise en scène en plus de monter sur les planches en compagnie d’Éric Bernier, Jean-Marc Dalphond, Natacha Filiatrault, Dominique Leduc, Étienne Lou, Alexia Martel et Olivier Rousseau.

Les trois créateurs ont choisi de se mettre en scène pour égayer le public. Dans cette œuvre, les protagonistes ont pour tâche de monter une pièce chez Duceppe qui a pour but de divertir. Évidemment, les traits de leurs propres personnages ont été volontairement exagérés par rapport à ce qu’ils sont vraiment. 

«Je joue la fille un peu lunatique qui n’est pas la plus intelligente de la gang, explique Raphaëlle Lalande. Simon incarne un type expansif et plein d’énergie, dont les idées se bousculent, tandis que Sonia se distingue pour son bon jugement, sa confiance en elle et son côté cool.»

Simon Lacroix
Photo courtoisie, Théâtre Duceppe
Simon Lacroix

Faire tomber les barrières

Puisque cette production s’inscrit dans la foulée du 50e anniversaire de Duceppe, Projet Bocal a choisi de parodier différentes formes de théâtre. «On pose des questionnements sur ce qu’on fait sur scène et comment on doit divertir les spectateurs, mentionne la comédienne. C’est une ode à la créativité. Les protagonistes n’ont pas le syndrome de la page blanche. C’est très touffu.»

Dans leur processus créatif, ces artistes ne partent donc pas d’un propos qu’ils désirent véhiculer et qu’ils s’efforcent de faire vivre sur scène. Ils laissent libre cours à leur imagination. 

«On est plus efficace quand on a moins de barrières et c’est de cela que le show traite, précise Raphaëlle Lalande. On essaye de ne pas se censurer. On tente d’être foisonnant. De façon naturelle, ce n’est pas le message ou le propos qu’on veut mettre de l’avant.

«Notre objectif est d’insuffler de la folie et de la légèreté aux spectateurs, poursuit-elle. On veut qu’ils sortent de là sur un nuage, avec un bon feeling. C’est ce qui nous motive.»


Showtime est présentée du 16 novembre au 17 décembre chez Duceppe.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.