/news/politics
Navigation

Identité numérique: la CAQ interpellée pour son manque de transparence

Haroun Bouazzi
Photo d'archives Haroun Bouazzi

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement est «incapable de livrer la marchandise» tout en assurant la protection des données des Québécois dans la réalisation de son projet d’identité numérique, pestent les oppositions qui réclament une consultation publique.

• À lire aussi: Le projet d’identité numérique bloqué par le manque de transparence du ministère

«En 2019, le ministre [Éric] Caire annonçait une identité numérique pour 2021. Nous voici bientôt en 2023 et nous constatons que le ministre est incapable de livrer la marchandise. Alors qu’il semble même avoir du mal à respecter la loi sur la protection des renseignements personnels, les Québécoises et les Québécois sont en droit de se demander s’il sait où il s’en va», a déclaré le député de Québec solidaire, Haroun Bouazzi, qui a été élu dans la circonscription de Maurice-Richard le 3 octobre dernier.  

Lundi matin, notre Bureau parlementaire dévoilait que le projet phare du ministre Éric Caire, l’identité numérique, a du plomb dans l’aile. 

Selon nos informations, le manque de transparence du ministère d’Éric Caire bloque son projet pour les citoyens, car il est incapable de garantir à la Commission d’accès à l’information (CAI) qu’il respectera la protection des données personnelles.  

Pour cette raison, la CAI a refusé d’approuver la bonification de ClicSÉQUR. Il s’agit du premier jalon du projet et Éric Caire avait promis qu’il serait mis en service dès le mois de juin dernier.   

«Considérant que ce projet va engloutir des centaines de millions, possiblement des milliards, d’argent public, il est temps que le gouvernement démarre une commission parlementaire afin qu'on puisse enfin entendre l'ensemble des intervenants pertinents sur cet enjeu important et sensible», a ajouté Haroun Bouazzi, le nouveau responsable solidaire en matière de sécurité numérique. 

Généralisé

Les péquistes estiment que ces révélations ne sont pas rassurantes. Le leader parlementaire de la formation, Pascal Bérubé, affirme que le manque de transparence de la CAQ est généralisé.  

«Depuis 2018 ce gouvernement a des problèmes de transparence et sur l’accès à l’information. Tous ceux qui essaient d’avoir de l’information de ce gouvernement-là réalisent qu’on donne le moins d’information possible», a-t-il dit, souhait dans que le projet puisse faire l’objet d’une consultation. «S’il y a un enjeu qui devrait faire l’objet d’un débat public, c’est bien celui de l’accès aux données», a-t-il dit.  

Il va même jusqu’à demander l’abandon du projet si le ministère d’Éric Caire est incapable de respecter les règles de la CAI.  

«Si ce ministre et ce gouvernement ne sont pas capables de gérer ce dossier, ils sont aussi bien de l’abandonner (...) Tant qu’il n’y aura pas de garantie qu’on puisse faire les choses correctement.» 

Lors de la formation du conseil des ministres, les responsabilités de l’accès à l’information et la protection des données personnelles ont été retirées des mains d’Éric Caire. M. Bérubé n’est pas rassuré de voir ce dossier atterrir dans la cour de Jean-François Roberge.   

«Ça ne change rien avec ce gouvernement-là. Ce gouvernement-là, de façon généralisée, a un problème avec l’accès à l’information. Que ce soit lui ou un autre, ça semble être généralisé avec la CAQ», a-t-il affirmé. 

Des doutes 

Le député libéral de Marguerite-Bourgeois, Fred Beauchemin, doute, ce son côté, des capacités de leader du ministre Éric Caire.  

«Nous nous questionnons sérieusement quant à la capacité réelle du ministre Caire à livrer quelconque projet. Les Québécois s’attendent à ce que leurs données soient protégées. Dans un monde de plus en plus soumis aux cyberattaques et à la piraterie, il est du devoir du gouvernement d’assurer la protection de l’ensemble des citoyens», a-t-il déclaré.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.