/news/currentevents
Navigation

Procès pour agression sexuelle: «J’étais comme piégé», témoigne Harold LeBel

Le contre-interrogatoire d’Harold LeBel est complété, les plaidoiries des deux parties seront présentées au jury mercredi

Coup d'oeil sur cet article

Le contre-interrogatoire d’Harold LeBel s’est terminé mardi, la Couronne essayant toujours de relever des incohérences entre la version rapportée par l’ex-député en interrogatoire avec les policiers et lors de son témoignage devant le jury.

• À lire aussi: «Je n’ai jamais fait ça»: LeBel réfute les allégations d’attouchements sexuels

• À lire aussi: Accusé d'agression sexuelle, Harold LeBel témoignera à son procès

• À lire aussi: Procès pour agression sexuelle: Harold LeBel a affirmé à la plaignante n’avoir «aucun souvenir» en raison de l’alcool

Le procureur de la Couronne Jérôme Simard a mijoté l’ex-député sur des détails de cette soirée de l’automne 2017 où il aurait commis une agression sexuelle sur une amie en visite à Rimouski pour le travail et qui dormait chez lui. 

À plusieurs reprises, Harold LeBel a rappelé que la version donnée aux policiers à son arrestation en décembre 2020 et celle de son témoignage avaient pu différer en raison du stress de l’interrogatoire et du temps qu’il a eu depuis pour remettre de l’ordre dans ses idées.

Piégé

Ce fut le cas pour la décision longuement questionnée d’aller s’étendre aux côtés de la présumée victime plutôt que d’aller dormir dans son lit ou demander à la plaignante d’aller rejoindre la troisième personne présente pour libérer un lit.

« Vous avez dit aux policiers que vous vous étiez fait piéger involontairement. Qu’est-ce que vous vouliez dire par là », a demandé Me Simard.

« Je me suis fait piéger dans la situation. J’ai deux lits. Il y a une fille dans un lit et une fille dans l’autre. J’étais comme piégé. J’aurais dû en réveiller une et lui dire de rejoindre l’autre. Je n’avais jamais prévu tout ça », a raconté M. LeBel. 

Il a été révélé que lors de son interrogatoire de police, le politicien s’est agité en comprenant que son arrestation avait déjà été médiatisée.

Il a alors affirmé aux policiers que rien de tout ça ne serait arrivé s’il n’était pas allé se coucher avec la plaignante. 

« Ayayaye, tabarnak. Si j’avais été me coucher avec [la 3e personne] je n’aurais pas eu ce problème », a cité Me Jérôme Simard en lisant les notes de l’interrogatoire.

« Tout s’écroulait devant moi, je le voyais bien », a répondu l’accusé.

Verdict la semaine prochaine

La preuve étant maintenant complétée tant en poursuite qu’en défense, les avocats présenteront leurs plaidoiries au jury mercredi. 

Le juge Serge Francoeur doit ensuite rencontrer les avocats pour préparer ses directives finales, qui doivent être livrées aux 14 jurés lundi prochain. 

Le jury sera ensuite séquestré pour délibérer sur un verdict à savoir si Harold LeBel est coupable ou non de l’accusation d’agression sexuelle déposée contre lui. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.