/investigations/health
Navigation

Jean Coutu expulse un pharmacien qui opérait depuis plus de 30 ans

Des centaines de patients ont vu leur dossier transféré sans avoir été préalablement avertis

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

La pharmacie Jean Coutu du boulevard des Laurentides, à Laval
Photo Agence QMI, Joël Lemay La pharmacie Jean Coutu du boulevard des Laurentides, à Laval

Coup d'oeil sur cet article

Groupe Jean Coutu vient de faire expulser un de ses pharmaciens qui avait pignon sur rue depuis plus de 30 ans à Laval. Des centaines des patients ont vu leur dossier être transféré et certains se sont heurtés à des portes closes.

La fermeture forcée de la pharmacie du boulevard des Laurentides est le dernier chapitre d’un litige qui oppose le pharmacien Luigi Villaggi et le Groupe Jean Coutu. 

Fait exceptionnel, le Groupe s’est tourné vers les tribunaux pour expulser un de ses propres membres.

En octobre dernier, un juge a tranché en faveur de la bannière, qui souhaitait mettre fin à son association avec Villaggi. Comme Jean Coutu détient le bail où se situe le commerce, l’entreprise s’est adressée à la cour pour forcer Villaggi à quitter les lieux où il travaille depuis les années 1980.

Même s’il a tenté de faire suspendre le jugement en appel, le pharmacien a été débouté et le commerce a été fermé au début de la semaine dernière. Une affiche dans la vitre indique que les dossiers ont été transférés à une autre pharmacie du boulevard René-Laennec.

  • Écoutez le segment judiciaire avec Félix Séguin diffusé chaque jour en direct 8 h 35 via QUB radio :

Territoire exclusif

Fait surprenant, Villagi a tenté sans succès pendant des années de forcer la désaffiliation de cette autre pharmacie du Groupe Jean Coutu. Il alléguait que cet établissement lui fait une concurrence indue à la limite de son territoire exclusif. Sa demande a toutefois été rejetée en mars dernier. 

À la même période, Jean Coutu a indiqué à Villaggi qu’elle souhaitait mettre fin à son entente avec lui au terme de son contrat de franchise le 31 octobre dernier. Villaggi a répliqué en disant qu’il avait droit à un renouvellement automatique de son bail et de son contrat de franchise comme c’était le cas depuis 1996.

Pleurs et insultes

Pour justifier l’expulsion, le Groupe Jean Coutu a allégué qu’il ne respectait pas certaines obligations contractuelles et les méthodes propres au «concept Jean Coutu».  

Selon les allégations contenues au jugement, Villaggi se serait aussi livré à une campagne constante et soutenue contre Pharmacies Jean Coutu. Il aurait notamment fait pleurer des employés de PJC et proféré des insultes à leur égard.

La pharmacie Jean Coutu du boulevard des Laurentides, à Laval
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Comme le prévoyait le bail échu depuis mai 2021, PJC a quadruplé le loyer du commerce en plus de juger son occupation illégale. C’est sur cette base qu’elle s’est adressée à la cour pour forcer le délaissement du loyer.

Luigi Villaggi a rétorqué que le non-renouvellement des ententes n’a jamais été remis en question en 30 ans d’association entre les parties. Il estimait avoir droit à un renouvellement de l’entente. 

Au cours des derniers mois, il aurait aussi tenté de vendre le commerce, mais sans succès, pour diverses raisons. 

Et les patients?

Dans une ultime tentative pour tenter d’éviter la fermeture, il a plaidé pour le suivi de ses patients. Un argument qui a été rejeté par la cour. 

«Le préjudice causé aux patients par la fermeture de la pharmacie est au cœur de l’argumentaire de Villaggi. Cette conséquence est cependant sérieusement tempérée par l'implication de l'Ordre et d’autres affirmations de l'intimée (Groupe Jean Coutu)», a écrit jeudi dernier le juge Martin Vauclair de la Cour d’appel du Québec.

Le juge indique aussi que le permis du pharmacien a été suspendu par l’Ordre des pharmaciens. Selon un document consulté publié sur le site de l’Ordre, le permis de M. Villaggi a été suspendu en septembre en lien avec des manquements à la formation obligatoire. Son nom figure aux côtés de 34 autres pharmaciens qui doivent mettre à jour leur formation pour lever la suspension temporaire.

«La pharmacie est fermée temporairement. Il s’agit d’une situation exceptionnelle», a indiqué la cheffe des communications de Jean Coutu, Catherine Latendresse. Elle n'a pas voulu commenter à savoir si les employés concernés par la fermeture avaient été payés ou non. Il s'agit, selon elle, d'une question pour le pharmacien propriétaire.

«Nous comprenons que la situation soit difficile pour eux et nous continuons à demeurer disponible pour aider le pharmacien propriétaire s’il le désire.»

Contacté par notre Bureau d'enquête, Luigi Villaggi, a dit ne pas vouloir commenter pour le moment.


En plus de son expulsion, Villaggi a été condamné à rembourser plus de 1,6 M$ en loyers impayés.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.