/news/coronavirus
Navigation

La COVID longue cause souvent de l’insomnie

Plusieurs patients en souffrent encore après des mois

Coup d'oeil sur cet article

Plus de quatre personnes sur dix touchées par une forme grave ou modérée de la COVID-19 font de l’insomnie trois mois après avoir été infectées, selon une étude internationale à laquelle a participé un chercheur québécois.

• À lire aussi: COVID-19 et virus respiratoires: pas de masque «obligatoire», assure François Legault

• À lire aussi: La malbouffe hausse le risque lié à la COVID

• À lire aussi: Sommelière et atteinte de la COVID longue: elle perd le goût et l'odorat

Sous-estimés par la plupart des recherches, les troubles du sommeil sont l’une des principales complications qui persistent chez les patients atteints de la COVID longue, selon cette enquête conduite dans 16 pays auprès de 13 628 adultes, dont 2705 qui ont eu la COVID-19.

En effet, 47 % des personnes qui ont vécu une infection grave (qui ont dû être hospitalisées) et 43 % de celles qui ont eu une infection modérée (qui ont dû prendre des médicaments) ont déclaré qu’ils souffraient encore d’insomnie au bout de trois mois.

Au troisième rang

«L’insomnie était le troisième symptôme le plus fréquemment rapporté, et beaucoup plus fréquemment, par les personnes qui avaient eu la COVID longue», affirme Charles Morin, professeur à l’École de psychologie de l’Université Laval et chercheur au centre CERVO.

  • Écoutez l'entrevue avec Dr. Luc Boileau à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct 7 h 45 h via QUB radio : 

Les gens qui ont eu une COVID-19 légère, asymptomatique ou qui ne l’ont pas attrapé ont rapporté faire de l’insomnie dans une proportion similaire, autour de 26 %.

La somnolence diurne (durant le jour), elle, arrive au huitième rang des symptômes qui persistent après trois mois, touchant plus de trois patients sur quatre qui ont connu une infection moyenne ou grave.

La COVID longue, soit les symptômes et complications qui perdurent après la période de récupération habituelle, toucherait environ 15 % des adultes ayant contracté le virus. Ses manifestations les plus reconnues sont la fatigue, un essoufflement et un «brouillard mental».

À prendre au sérieux

Selon M. Morin, les résultats démontrent que les troubles du sommeil doivent être pris au sérieux dans le traitement de la COVID longue. Une insomnie non traitée peut notamment entraîner de l’hypertension et des problèmes de santé mentale.

«Avoir une nuit occasionnelle d’insomnie, je pense qu’on ne doit pas dramatiser là-dessus, mais quand l’insomnie persiste dans le temps, elle peut aggraver et exacerber d’autres symptômes, dont les autres symptômes de la COVID longue», souligne-t-il.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.