/news/society
Navigation

Fentanyl: devenu accro à l’héroïne au retour de l’Afghanistan

Rachel Nador
Photo le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin Rachel Nador a perdu son conjoint, Alexandre Beauvais, l’an dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-militaire qui tentait de se sortir d’une lourde dépendance croyait consommer de l’héroïne lorsqu’il a fait une surdose fatale de fentanyl.

• À lire aussi - Fentanyl: il meurt sous les yeux de son fils de neuf ans

«C’était le premier à dire que la drogue devrait être légale», explique Rachel Nador, en parlant de son conjoint, Alexandre Beauvais, mort en août 2021. 

Ce jour-là, c’est elle qui l’a trouvé inerte dans sa chambre et qui a tenté de le sauver, entre autres en lui administrant de la naloxone, en vain. 

Alexandre Beauvais, décédé à 49 ans, était un ex-membre des Forces armées canadiennes. Il souffrait d’un trouble de stress post-traumatique depuis son déploiement en Afghanistan. 

UN PROBLÈME

Selon Mme Nador, son amoureux consommait de la drogue depuis longtemps, mais cela était devenu un véritable problème après ses années dans l’armée, lorsqu’il est devenu accro à l’héroïne pour affronter son quotidien. 

Alexandre avait essayé de s’en sortir en suivant des thérapies offertes par l’armée et en prenant du Suboxone, un médicament pour traiter la dépendance aux opioïdes, mais sa dépendance était très difficile à surmonter. 

Le remplacement de l’héroïne par le fentanyl sur le marché noir dès 2019 et pendant la pandémie l’a forcé à se tourner vers cette substance jusqu’à 40 fois plus puissante. 

«Il voulait acheter de l’héroïne et il n’y en avait plus, rapporte Rachel Nador. Le gars, il t’offre ça et te dit que c’est la même chose. C’était de pire en pire et il se ramassait à l’hôpital. C’était à un point où je ne savais plus qui appeler, quoi faire.» 

  • Écoutez l'entrevue avec Jean-François Mary à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct 7 h 45 via QUB radio : 

TRAHI PAR LA COULEUR

Alexandre Beauvais savait normalement qu’il consommait du fentanyl, dont la couleur était mauve. Or, le jour de son décès, il croyait avoir mis la main sur de l’héroïne, car la poudre avait toutes les allures de cette substance. 

«J’ai vu le sac et c’était une poudre beige, pas mauve», explique Mme Nador. 

De l’héroïne a été détectée dans le corps d’Alexandre après son décès, mais il y avait aussi du fentanyl, a notamment conclu le coroner. 

Selon Rachel Nador, l’histoire d’Alexandre montre que laisser le commerce de la drogue aux mains du marché noir tue des gens. Elle plaide ainsi pour la légalisation pure et simple de toutes les drogues.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.