/lifestyle/psycho
Navigation

Psycho: un guide pratique pour s’adapter à l’hyperréactivité sensorielle

Portrait of nice cute charming upset unhappy schoolboy wavy haircut eyes closed scream arms on head isolated on pink color background
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Si votre enfant a des réactions fortes aux actions toutes simples du quotidien, qu’il est vraiment épuisé à la fin de ses journées et qu’il dit souvent que son cerveau va déborder ou exploser, il est possible qu’il présente des signes d’hypersensibilité sensorielle. Deux ergothérapeutes talentueuses et empathiques, Valérie Ferron et Virginie Clavel, démystifient cette condition dans L’hypersensibilité sensorielle expliquée aux enfants, un nouveau guide pratique qui fournit beaucoup de stratégies et d’outils.

À travers l’histoire de Marilou, une petite fille qui fait face à de grands défis lorsqu’elle est invitée à l’anniversaire de son amie, Delphine, les autrices décrivent l’hypersensibilité sensorielle. 

Marilou met en pratique plusieurs trucs donnés par son ergothérapeute pour surmonter les difficultés qu’elle rencontre. En effet, elle ressent certains bruits et certaines textures de manière plus intense que ses amis. Et ce n’est pas facile à vivre.

Valérie Ferron
Photo courtoisie
Valérie Ferron

Valérie Ferron, ergothérapeute et coautrice du livre avec Virginie Clavel, sait de quoi elle parle : elle vit elle-même avec l’hypersensibilité sensorielle, aussi appelée hyperréactivité sensorielle. Une situation qui touche un enfant sur 20 ou un enfant sur 6, entre 7 et 11 ans, selon les recherches, explique Valérie Ferron. « Il n’y a pas beaucoup de recherches qui ont été faites, mais nous, on le voit beaucoup », confirme-t-elle. 

Virginie Clavel
Photo courtoisie
Virginie Clavel

Comment ça se manifeste ? 

« Il y a souvent des cas d’alimentation : un enfant qui ne mange pas beaucoup de variété. Parfois, c’est seulement l’alimentation qui est difficile. Et on a des cas qui concernent les soins d’hygiène et l’habillage : le brossage des dents, le lavage des cheveux, toutes les textures de vêtements. C’est ce qu’on voit le plus fréquemment. »

Le problème survient lorsque les situations problématiques se multiplient au quotidien et que les étiquettes de vêtements qui grattent et les coutures dans les bas provoquent des crises intenses, par exemple. 

« Tant que l’enfant fonctionne bien, que l’enfant est capable de s’habiller le matin, ce n’est pas problématique et les parents n’ont pas vraiment de raison de consulter. Mais quand c’est la crise intense, qu’on coupe et qu’on enlève les étiquettes, mais que ça ne suffit pas, que les bas, on ne sait plus quoi faire, et que ça prend deux mois à lui faire mettre son habit de neige, ce n’est plus fonctionnel. »

En classe, ça se gère comment ? 

« Il y en a qui ont plus de manifestations à la maison, parce qu’ils se laissent plus aller, ils vont se sentir plus à l’aise de décharger à la maison. Mais souvent, c’est des adaptations, en classe. Il y a beaucoup de travail avec le prof. Les périodes d’habillage peuvent se faire dans la classe, par exemple, pendant que les autres enfants sont au vestiaire. Et il faut faire beaucoup de sensibilisation auprès des autres enfants. »

Une fête ? Aïe !

Le cas de Marilou, adapté pour le livre, est basé sur une histoire vraie... « Pour les autres enfants, c’est du plaisir de jouer dans le Jello et de péter des ballounes. Mais pour un enfant hypersensible, ce sera l’inverse. Soit il va se contenir et ne pas le dire, et il va complètement décharger à la maison ou même durant la fête, ou bien à chaque activité, ça va être difficile. Dans le livre, on présente plein de stratégies pour l’aider à passer au travers de sa journée. »

Et ça se poursuit à l’âge adulte. 

« Je suis le cas typique. Je fais bien rire mes collègues : on n’a pas de néons dans notre bureau, on a mis des petites lumières sur le côté. J’ai des cache-oreilles. À l’âge adulte, on a plus de stratégies. On a plus de contrôle sur notre environnement : je décide ce que je me fais à manger, je décide ce que j’achète comme vêtements, j’ai choisi mon travail aussi. C’est plus facile à gérer comme adulte. » 

  • Virginie Clavel et Valérie Ferron sont toutes les deux titulaires d’une maîtrise en ergothérapie.
  • Elles ont travaillé auprès d’une clientèle pédiatrique dans divers milieux.
  • Valérie Ferron offre des outils et des formations sur son site web.
  • Les deux autrices ont aussi collaboré au guide pratique Hypersensibilité sensorielle – La boîte à outils, publiée également aux Éditions de Mortagne.

EXTRAIT

Portrait of nice cute charming upset unhappy schoolboy wavy haircut eyes closed scream arms on head isolated on pink color background
Photo courtoisie

«Idée amusante: Établis un code secret avec tes parents pour désigner ton affiche de stratégies. Choisissez un mot, comme “barbe à papa”, ou un geste, comme tirer sur le lobe de son oreille. De cette façon, si ta mère ou ton père remarque que ton petit moteur va trop vite ou que tu ne te sens pas bien, il pourra utiliser votre code secret pour te le signaler. Barbe à papa ! »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.