/sports/tennis
Navigation

Djokovic, champion des champions

Le Serbe remporte le tournoi de fin de saison pour la sixième fois de sa carrière

Djokovic, champion des champions
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

TURIN | Novak Djokovic est le champion des champions. Le Serbe a décroché son sixième titre à la finale de l’ATP, dimanche, égalant du même coup le record d’un certain Roger Federer. Un match ultime qu’il a dominé aux dépens du Norvégien Casper Ruud, s’imposant 7-5 et 6-3.

• À lire aussi: «Je me vois toujours comme le meilleur» – Djokovic

L’exploit est grand. À 35 ans, le Serbe est le joueur le plus âgé à triompher au championnat de fin de saison. Il est de plus le seul joueur de l’histoire à avoir remporté ce titre dans trois décennies différentes, son premier sacre remontant à 2008. 

Sous les confettis, Novak Djokovic a célébré son sixième titre à la finale de l’ATP à Turin, dimanche.
Photo AFP
Sous les confettis, Novak Djokovic a célébré son sixième titre à la finale de l’ATP à Turin, dimanche.

Et s’il a parfois tremblé, littéralement, sur le terrain, aux prises avec une fatigue sur laquelle il n’a pas trop souhaité s’épancher – on l’a de nouveau vu la tête enfouie dans sa serviette au changement de côté, dimanche –, jamais il n’a vraiment bronché devant ses rivaux. 

  • Écoutez le segment sportif de Jean-François Baril diffusée chaque jour en direct 6 h 43 via QUB radio :

Un record

Coup sur coup, le septième favori a battu Stefanos Tsitsipas, Andrey Rublev, Daniil Medvedev, Taylor Fritz et Ruud. Cette fiche parfaite dans ce tournoi relevé lui permet de quitter Turin avec une bourse de 6,3 millions $ (4,7 millions américains). 

Là aussi, c’est un record. 

Djokovic serre la main du perdant de cette finale, le Norvégien Casper Ruud, au filet après la rencontre.
Photo AFP
Djokovic serre la main du perdant de cette finale, le Norvégien Casper Ruud, au filet après la rencontre.

« Je me sens incroyablement satisfait [de ce titre] et en même temps, c’est un grand soulagement, après tout ce qui s’est produit cette année, avec ce qui s’est déroulé en début de saison en Australie [quand il a été expulsé du pays à la veille du premier tournoi du Grand Chelem] », a reconnu le champion en conférence de presse. 

Cette année particulière, Djokovic l’avait aussi évoquée dans son discours sur le terrain du Pala Alpitour, quelques minutes après la balle de match. Limité à 12 tournois cette saison – parce qu’il n’est pas vacciné contre la COVID-19, il a été interdit d’entrée dans plusieurs pays –, il a parlé « de moments difficiles ». 

Djokovic, champion des champions
Photo AFP

« Ma famille, mon équipe, mes parents, mes frères, je veux tous les remercier, avait-il déclaré. [...] Ils ont cru en moi, ils ont été une épaule sur laquelle pleurer. On est les seuls à savoir ce qu’on a traversé. Ce trophée est le leur autant que le mien. »

Au bon moment

Mais dimanche, hormis un début de match un peu plus disputé, il n’y avait pas grand-chose de difficile pour le Serbe face à Ruud, le troisième favori, qui pour la troisième fois cette saison, après Paris et New York, conclut une finale d’envergure avec le trophée du perdant. 

D’abord capable de se battre à armes égales avec Djokovic, Ruud a peu à peu commencé à être débordé par les attaques de son rival. 

Le Serbe est vite allé rejoindre ses enfants, Stefan et Tara, dans son box après sa victoire. Il les a étreints tous les deux.
Photo AFP
Le Serbe est vite allé rejoindre ses enfants, Stefan et Tara, dans son box après sa victoire. Il les a étreints tous les deux.

La stratégie du Norvégien, qui consistait à se tenir loin de la ligne de fond afin de se donner plus de temps, n’a plus produit l’effet escompté à la fin de la première manche. 

Alors qu’il menait 6-5 et que Ruud était au service, Djokovic a augmenté la cadence comme il sait si bien le faire quand le fil d’arrivée est tout près. Et il a eu du flair, l’ancien numéro 1 mondial : à 30-30, il a contesté un service gagnant de son adversaire qui avait été appelé en jeu. 

« Djoko » avait vu juste. Le joueur de 23 ans n’a pas été aussi efficace sur son second service et a commis une faute dans le filet, offrant une balle de set au Serbe. Puis, il a commis une autre erreur cruciale dans le long échange qui a suivi. 

« Ces joueurs, a analysé Ruud, en parlant de Rafael Nadal aussi, ils ont cette capacité d’élever leur jeu d’un cran quand le moment est important. C’est une chose sur laquelle je devrai travailler. »

Djokovic, champion des champions
Photo AFP

« Nole ! Nole ! »

Clairement galvanisé par le gain de la première manche, le « Djoker » a brisé dès le quatrième jeu de la deuxième. Là encore, c’est une faute directe du Norvégien qui lui a permis de prendre les devants.

Le match était somme toute bouclé. Si ce n’est de cet échange spectaculaire à 5-3, 30-30, durant lequel les deux joueurs sont passés à plusieurs reprises de la défensive à l’offensive. 

Mais Ruud l’a conclu par une autre faute directe coûteuse, et, sous les « Nole ! Nole ! » de la foule, Djokovic a mis un terme à cette finale au point suivant. 

La célébration du champion fut somme toute sobre malgré l’ampleur de l’exploit. 

Après avoir levé les bras vers le toit du stade puis salué son adversaire et l’arbitre Aurélie Tourte, première femme de l’histoire du tournoi à être d’office en finale, le Serbe s’est dirigé vers son box.

Il entendait son fils 

Pour une rare fois, son épouse, Jelena, son fils, Stefan, 8 ans, et sa fillette, Tara, 5 ans étaient présents. Il les a longuement étreints. La présence de sa famille à Turin, a-t-il dit, n’est d’ailleurs pas étrangère au succès qu’il a connu cette semaine. 

Même si sa fille, contrairement à son garçon, grand amateur de tennis, semble plus intéressée par son cahier à colorier que par les prouesses de son père sur le terrain. Un fait que Djokovic « adore », a-t-il souri.  

« Mais mon fils était très bruyant, ça m’a surpris ! s’est-il exclamé. Je l’entendais pendant tout le match. »

« Leur présence me rend la vie plus facile, a-t-il ajouté. La pression, les attentes et la tension que je ressens habituellement pendant ces grands tournois diminuent un peu quand ils sont là, car je peux passer du temps de qualité en famille. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.