/misc
Navigation

La justice au secours des républicains

L'ex-président américain Donald Trump
AFP L'ex-président américain Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Tout comme moi, vous avez probablement remarqué que l’annonce de la candidature de Donald Trump pour la présidentielle 2024 a provoqué le mécontentement de plusieurs républicains.

Ces derniers ont toléré toutes les incartades du 45e président aussi longtemps qu’ils ont pensé qu’il les mènerait à la victoire. Cette période est révolue. Mercredi dernier, je soulignais que si les stratèges semblent enclins à se distancier de Trump, le faire en limitant les pertes parmi ses partisans ne serait pas chose aisée.

Merrick Garland allié circonstanciel?

Les républicains ont peut-être reçu un coup de pouce vendredi dernier de la part d’un homme à qui ils ont déjà refusé un fauteuil à la Cour suprême: Merrick Garland. Le procureur général des États-Unis poursuit deux enquêtes concernant l’ancien président et il vient tout juste de nommer un procureur spécial indépendant.

La nomination doit d’abord être perçue comme un choix stratégique de la part de Merrick Garland. Il prend ainsi ses distances et contribue à faire taire les accusations de partisanerie que ne manquent pas de lancer certains républicains et les proches de l’ancien président.

Déjà en août, j’avançais que le procureur général n’avait plus le choix et qu’il se devait de déposer des accusations contre Trump. Ce sera probablement le cas, mais il semble sage d’éviter toute apparence de conflit d’intérêts.

Cette nomination entraînera-t-elle de nouveaux délais? La question est importante parce qu’il semble qu’en agissant ainsi, Merrick Garland envoie le signal qu’il détient les preuves dont il a besoin. C’est du moins ce que croit William Barr, l’ancien procureur général sous Donald Trump.

Rapide et dangereux

Jack Smith, procureur expert en crime de guerre basé à La Haye, s’avère un choix judicieux si Garland souhaite que les choses soient menées rondement. Non seulement il jouit d’une vaste expérience, mais il se dit prêt à agir promptement et méticuleusement.

La nomination de Smith est survenue trois jours après l’annonce de Trump. Si l’ancien président souhaitait s’éviter des procédures judiciaires en se lançant rapidement, rien n’empêche le procureur spécial indépendant de mener à bien sa mission.

Contrairement à ce qu’avait fait l’ancien directeur du FBI James Comey dans le dossier d’Hillary Clinton, on évite généralement d’intervenir dans les derniers jours d’une campagne, mais dans le cas présent, elle n’a même pas débuté. Jack Smith jouit donc de plus de temps qu’il n’en faut.

Il est de plus en plus probable que le 45e président doive répondre de ses actes dans les deux enquêtes du département de la Justice. Sa gestion des documents secrets à sa résidence et sa contribution à l’assaut sur le Capitole ne peuvent être ignorées.

Intègre, prudent et courageux, Merrick Garland souhaite redorer le blason d’un département de la Justice ébranlé par la gestion de l’administration précédente. Ce faisant, il pourrait bien involontairement faciliter la tâche des républicains qui n’auraient pas à porter l’odieux du départ de Trump.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.