/news/health
Navigation

Sherbrooke: Les urgences pédiatriques débordent

Coup d'oeil sur cet article

Les urgences pédiatriques de l’hôpital Fleurimont du CIUSSS de l'Estrie, à Sherbrooke, possède l'une des quatre unités de soins intensifs pour enfants de la province et subi les contrecoups de la surchauffe des urgences. 

• À lire aussi: 268 M$ d’Ottawa pour la santé mentale et les soins à domicile au Québec

• À lire aussi: Enfants malades: la pression monte au CHU de Québec

• À lire aussi: Des répondants médicaux d’urgence votent une grève de tâches et de temps

L'hôpital sherbrookois est en plus régulièrement appelé à soigner des patients d'autres régions.

Les urgences pédiatriques reçoivent notamment de nombreux bébés âgés de quelques semaines seulement, aux prises avec le virus respiratoire syncytial (VRS), et nécessitant des soins aiguës

Deux lits supplémentaires ont été ajoutés aux six déjà existants aux soins intensifs pour enfants.

  • Écoutez l'entrevue avec Jérôme Rousseau, vice-président de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) à l’émission de Richard Martineau via QUB radio

Pour combler les besoins, le ministère de la Santé aurait demandé aux dirigeants du CIUSSS de l'Estrie d'ajouter une douzaine de lits d'hospitalisation de plus à l'hôpital Fleurimont.

Le syndicat s'interroge à savoir de quelle façon la direction pourra y parvenir, même avec l'aide attendue sous peu, en provenance, entre autres, d'agences privées.

Le personnel infirmier y est également davantage sollicité et inquiet en raison du manque de main d'œuvre, et la lourdeur des cas.

Pour exemple, l’assistante infirmière-chef du département, Sylvie Tanguay, a travaillé 16 heures en ligne dimanche. En vingt ans de carrière, elle n'a jamais senti le système de santé aussi fragilisé.

Le temps supplémentaire obligatoire est malheureusement devenu monnaie courante au sein du département, qui a perdu cinq infirmières au cours des derniers mois, d’après le syndicat.

Tous les deux jours, de nombreuses infirmières se voient imposer du temps supplémentaire.

Pour le porte-parole solidaire en matière de santé, Vincent Marissal, ainsi que la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, le manque d'écoute du gouvernement est en partie responsable de la crise qui frappe les urgences actuellement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.