/finance/opinion/columnists
Navigation

Achats de Noël: les Québécois dépenseront plus malgré le pessimisme

Le montant moyen qu’ils prévoient dépenser a même grimpé de 120 $ par rapport à 2021

Magasinage
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois qui feront des achats pour les Fêtes prévoient dépenser 1090 $ dans les magasins, soit 120 $ de plus que l’an dernier, même s’ils pensent majoritairement que la province entrera en récession d’ici la fin de l’année. 

• À lire aussi: L'horaire du magasinage du temps des Fêtes chamboulé par la pénurie de main-d'œuvre?

Le Baromètre d’octobre du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) démontre une baisse de quatre points de l’indice de confiance des consommateurs, à 78 %, soit le plus bas niveau depuis l’hiver 2021. Un Québécois sur cinq croit que la situation économique va se détériorer et 59 % anticipent une récession d’ici la fin de 2022. 

L’inflation continue de préoccuper, alors que 57 % des Québécois s’attendent à une hausse des prix dans la prochaine année. 

Dans ce contexte de pessimisme, l’augmentation prévue des dépenses des Fêtes apparaît surprenante.

« L’inflation elle-même contribue à la hausse des dépenses. Le montant qu’on voit par facture est un peu plus élevé que l’an dernier, donc on peut faire une corrélation avec l’inflation », explique Stephen Turgeon, v.-p. ventes régionales chez Moneris. 

Claire Labrie, 62 ans, a perdu son emploi en début d’année et elle court les soldes pour les achats de Noël.
Photo Valérie Lesage
Claire Labrie, 62 ans, a perdu son emploi en début d’année et elle court les soldes pour les achats de Noël.

Des finances qui se détériorent

Trente et un pour cent des Québécois considèrent que leur situation financière s’est détériorée au cours des six derniers mois, selon le Baromètre du CQCD. C’est le cas de Claire Labrie, 62 ans, qui a perdu son emploi en début d’année pour cause d’invalidité. Plus que jamais, elle court les soldes.

« Et j’en trouve ! Il le faut, car j’ai dix petits-enfants », raconte la dame, rencontrée aux Galeries de la Capitale de Québec, alors qu’elle s’offrait une rare sortie au restaurant.

Esther, une étudiante de 25 ans, ne pourra pas acheter de cadeaux de Noël cette année, car l’inflation perturbe son budget.

« Je sortais au resto avant, là je me fais des lunchs. Tout est cher, il faut compter », dit-elle. 

Le tiers des consommateurs prévoit dépenser moins que l’an dernier, une proportion de 5 % plus élevée qu’en 2021. Parallèlement, le quart des consommateurs va acheter plus. 

Quatre Québécois sur dix comptent profiter des soldes du Vendredi fou, et la moitié va acheter en ligne ce 25 novembre, qui est devenu la plus grosse journée de l’année dans les commerces. 

Les cadeaux représentent la plus grande part des dépenses des Fêtes, avec un budget moyen de 323 $, en hausse de 21 % sur l’an dernier. La nourriture représente le deuxième poste de dépenses, à 159 $ : pas plus que l’an dernier. 

Une marge entre intention et action...

« Noël est associé à des dépenses plus luxueuses dans l’alimentation et on peut imaginer qu’en raison de l’inflation, on soit moins dans la nourriture de célébration et qu’on cherche un menu plus abordable. Il y aura plus de réflexion », pense Maryse Côté-Hamel, professeure adjointe en sciences de la consommation à l’Université Laval. 

Elle note par ailleurs qu’entre le côté réfléchi des intentions d’achat et les dépenses réelles, il y a toujours un écart. 

Les ménages d’ici tout de même pessimistes

  • Un Québécois sur cinq croit que la situation économique va se détériorer
  • 57 % des Québécois s’attendent à une hausse des prix dans la prochaine année
  • 59 % des Québécois anticipent une récession d’ici la fin de 2022
  • 31 % des Québécois considèrent que leur situation financière s’est récemment détériorée.

Source : Baromètre d’octobre du Conseil québécois du commerce de détail

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.