/sports/football/alouettes
Navigation

Qui succédera à Danny Maciocia: quatre candidats au poste d’entraîneur-chef des Alouettes

SPO-CONDOLÉANCES-MIKE-BOSSY
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia, a quatre candidats en tête pour lui succéder au poste d’entraîneur-chef de l’équipe. 

• À lire aussi: Les spéculations continuent concernant la possible vente des Alouettes

• À lire aussi: Les Argonauts remportent la Coupe Grey

C’est ce qu’il a révélé mardi, lors de son bilan de la saison 2022. Le DG s’est toutefois bien gardé de dévoiler l’identité de ceux-ci. Il n’a également pas souhaité dire combien de candidats proviennent de l’organisation. Maciocia a cependant dit qu’il voulait procéder à une embauche avant le temps des Fêtes et que le prochain pilote doit avoir déjà œuvré dans la Ligue canadienne de football (LCF).

«Nous voulons qu’il ait de l’expérience dans notre ligue, mais pas nécessairement comme entraîneur-chef», a-t-il affirmé.

Cela ouvre la porte à plusieurs candidats à l’interne. Il est d’ailleurs beaucoup plus facile de spéculer sur la candidature de quelqu’un qui occupait un poste d’entraîneur chez les Alouettes cette année, que sur l’identité de possibles prétendants au poste provenant d’une autre organisation.

Trois noms sortent du lot, soit ceux de l’entraîneur des quarts-arrière Anthony Calvillo, de l’entraîneur des demis et adjoint à l’entraîneur-chef André Bolduc et du coordonnateur défensif Noel Thorpe.

Le premier de cette liste a d’ailleurs récemment dit dans plusieurs entrevues qu’il souhaitait obtenir un entretien d’embauche pour le poste vacant d’entraîneur-chef. Il y a fort à parier que les deux autres sont aussi intéressés par l’emploi, eux qui n’ont toujours pas eu la chance d’occuper le poste de pilote dans la LCF.

Garder le noyau

Si aucun des candidats à l’interne n’obtient le poste, il ne faut pas croire qu’il s’agira de la fin de leur association avec les «Moineaux».

«Ma priorité sera de garder notre noyau en place. Que notre prochain entraîneur-chef provienne de l’interne ou de l’externe, il y a certains éléments qui ne seront pas négociables», a déclaré Maciocia.

«Dans mon monde idéal, j’aimerais tous les garder. J’en ai déjà parlé directement avec eux», a-t-il ajouté, avant de préciser qu’aucun entraîneur de l’édition 2022 n’avait de contrat en poche en vue de la prochaine campagne.

Maciocia a d’ailleurs indiqué qu’il ne se gênerait pas pour «imposer» des assistants à son futur entraîneur-chef.

«Même si c’est quelqu’un de l’extérieur, nous allons fortement suggérer de garder le statu quo.»

Et le fait français?

Le directeur général a été interrogé sur l’importance de la langue que parle son prochain entraîneur-chef.

«S’il est bilingue, il sera bilingue. S’il s’agit d’un unilingue anglophone, ce sera ça. Nous voulons embaucher le meilleur candidat disponible», a-t-il répondu.

Parmi les entraîneurs adjoints des «Als» en 2022, cinq des huit hommes en place s’expriment dans la langue de Molière, dont Calvillo et Bolduc. Six d’entre eux sont originaires du Québec ou ont déjà travaillé pour une formation du Réseau du sport étudiant du Québec.

«Ça fait trois ans que j’en parle et je vais continuer de le répéter : à talent égal, nous allons continuer de garder nos éléments chez nous. Ça ne changera pas», a souligné Maciocia.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.