/finance
Navigation

Batterie électrique: Investissement Québec a payé un demi-million $ pour une étude

Karim Zaghib et Pierre Fitzgibbon
Photo d'archives Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon (à droite), et le chercheur de renommée internationale Karim Zaghib lors d’un point de presse de septembre 2020 au sujet de la filière des batteries électriques. Le ministre Fitzgibbon mise gros sur le développement de cette filière.

Coup d'oeil sur cet article

495 000$ plus taxes. C’est l’argent public dépensé par Investissement Québec (IQ) pour que la firme McKinsey lui fasse une étude sur la filière batterie québécoise, a appris Le Journal. 

• À lire aussi: Électrification: trois milliards $ de projets de plus dans la filière batterie

• À lire aussi: Jusqu’à 1,4 milliard $ d’argent public pour la filière des batteries

«Investissement Québec (IQ) a versé au total au cours des trois dernières années un montant de 495 000$ à la firme McKinsey. Ce montant, excluant les taxes applicables, vise la production d’une étude concernant le sujet visé par votre demande», a confirmé au Journal Danielle Vivier, responsable de l'accès aux documents pour Investissement Québec.

En septembre dernier, Radio-Canada a révélé que la firme McKinsey avait joué un rôle central dans la gestion de la pandémie avec ses consultants payés 35 000$ par jour, en soutien au gouvernement Legault en pleine crise sanitaire.

Or, Le Journal a appris qu’Investissement Québec (IQ) s’est aussi tourné vers McKinsey en payant 495 000$ pour avoir un portrait de la filière batterie.

Combien ce document a-t-il de pages? Combien d’heures de travail ont été nécessaires pour l’élaborer? IQ n’a pas répondu à ces questions mardi.

En réponse à la demande d’accès du Journal, Investissement Québec s’est contenté de fournir le montant du contrat, sans les documents.

  • Écoutez le segment économique d'Yves Daoust diffusé chaque jour en direct 9 h 35 via QUB radio :

Tentacules partout

D’après Saidatou Dicko, experte en lobbyisme et professeure de sciences comptables à l'UQAM, il faut se poser des questions sur l’influence de McKinsey dans les affaires de l’État.

«C’est inquiétant. McKinsey a des tentacules très importants dans nos états et leurs dossiers stratégiques», a-t-elle dénoncé.

«Est-ce que le contribuable a payé 495 000$ pour un rapport qui sera "tabletté"? L’étude doit être publique», s’est désolé Nicolas Gagnon, directeur québécois de la Fédération canadienne des contribuables.

«S’il s’agit uniquement d’une revue de la littérature sur le sujet, c’est cher payé. Cela dit, il faudrait avoir plus de détails sur le mandat», a analysé Michel Séguin, professeur et expert en éthique de l'UQAM.

«Il faudrait en savoir plus sur la commande du gouvernement. Ce n'est pas inhabituel et nécessairement mauvais d’y recourir», a conclu Yan Cimon, professeur de stratégie à l'Université Laval.

McKinsey a décliné la demande d’entrevue du Journal.

QUI EST MCKINSEY?

  • Fondation: 1926
  • Siège social: New York
  • Chiffre d’affaires: 14 G$ (2021)
  • Employés: 30 000

(Sources: McKinsey et Forbes)


En août 2020, Le Journal avait mis la main sur une étude de McKinsey, mais il n’a pas été possible de confirmer s’il s’agissait du document à 495 000 $. On pouvait notamment y lire que la filière pourrait :

  • Générer des revenus de 5,3 milliards $ ;
  • Créer 25 000 emplois, dont 12 000 liés aux mines et payés, dans beaucoup de cas, 120 000 $ par année.
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.