/entertainment/music
Navigation

Pour ses 71 ans, Kent Nagano retrouve le public montréalais et l’OSM

Pour ses 71 ans, Kent Nagano retrouve le public montréalais et l’OSM
MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après un passage en mars 2021, lors de concerts où il avait pu faire ses «au revoir», Kent Nagano était de retour mardi à la Maison Symphonique pour trois soirées. Reprenant sa baguette de chef de l’OSM, le grand maestro a dirigé un répertoire qui lui est cher avec des symphonies de Mozart et de Schubert.

• À lire aussi: Rentrée culturelle 2022: 15 concerts classiques et opéras pour vous oreilles et vos yeux

• À lire aussi: Soir de première pour l’orchestre symphonique de Longueuil à Bogota

C’est un peu un cadeau que s’offrait le très aimé maestro, lui qui célébrait d’ailleurs son 71e anniversaire cette journée même, en renouant avec l’affection de son fidèle public.

Chaudement accueilli sous les applaudissements nourris, le chef émérite s’est avancé sur scène tout sourire pour rejoindre ses 54 musiciens, sous l’œil attentif de Rafaël Payare qui assistait à l’événement depuis le balcon. Le huitième et neuvième directeur musical de l’OSM allaient d’ailleurs plus tard se rencontrer pour la toute première fois après que maestro Nagano ait remis, à l’image de la tradition présidentielle américaine, une lettre à son successeur lors de la passation. 

Pour ses 71 ans, Kent Nagano retrouve le public montréalais et l’OSM
MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

C’est avec la Symphonie n°3 de Schubert, composé par le Viennois alors qu’il n’avait que 18 ans, que le concert s’est entamé. D’abord tout en lenteur, avec un adagio maestoso ascendant, auquel se sont tranquillement intégré les instruments à vent, le caractère plein de fraicheur et de jovialité de l’œuvre s’est ensuite imposé tandis que maestro Nagano assurait une direction précise et fluide. Comme il se doit, la symphonie s’est terminée sur son dernier mouvement au rythme effréné, évoquant la tarentelle, cette danse festive italienne.

L’orchestre a ensuite été rejoint par Jane Archibald vêtue d’une étincelante robe noire et émeraude. Les cordes, rejointes par les vents, ont débuté le motet Exsultate, jubilate de Mozart, avant que la soliste entame son enveloppant chant. Native de la Nouvelle-Écosse, la soprano, qui a chanté dans certaines maisons d’opéra les plus prestigieuses au monde, affichait une aisance sur scène avec un vibrato touchant et porteur d’émotions.

Pour ses 71 ans, Kent Nagano retrouve le public montréalais et l’OSM
MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Le concert s’est magnifiquement conclu sur l’une des oeuvres les plus accomplies du compositeur autrichien, la Symphonie n°41, dites «Jupiter», composée peu avant la mort de Mozart. S’ouvrant avec une force impétueuse, avec trompettes et timbales, la symphonie pleine de majesté s’est laisser savourer sous la direction pénétrante du chef d’orchestre.

Lors de son retour sur scène, après une ovation debout du public, le chef émérite a eu droit au soulignement de son anniversaire avec l’extrait de Gens du pays livré en surprise par l’ensemble de l’orchestre auquel s’est joint le public. Un touchant moment !

Kent Nagano dirigera à nouveau ce répertoire mercredi et jeudi, 23 et 24 novembre, à la Maison Symphonique. Des billets sont disponibles sur le site de l’OSM.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.