/news/education
Navigation

Sélection en volleyball à l'école: des parents dénoncent qu'on mesure la longueur des bras

L’école secondaire Jean-de-Brébeuf, où une controverse choque des parents, est un établissement public situé dans le quartier Limoilou, à Québec.
Photo Stevens LeBlanc L’école secondaire Jean-de-Brébeuf, où une controverse choque des parents, est un établissement public situé dans le quartier Limoilou, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Des parents dénoncent le processus de sélection entourant l’admission dans un programme sportif d’une école secondaire publique de Québec, qui a débuté par la mesure de la taille et des bras de jeunes filles de la sixième année.

Cette année, une trentaine d’élèves ont fait une demande pour être admises dans la concentration en volleyball de l’école secondaire Jean-de-Brébeuf, alors qu’il n’y a que 15 places disponibles.

Des parents ont toutefois été « choqués » par la façon dont s’est déroulée l’activité de sélection qui s’est tenue il y a quelques semaines.

Les responsables du programme ont commencé par mesurer la taille de chaque jeune fille, de la tête aux pieds, avant de mesurer la hauteur de leur bras une fois levé, a-t-on raconté au Journal.

Les jeunes filles ont par la suite dû enchaîner différents exercices.

Cette prise de mensurations « ne sert qu’à des fins statistiques », selon le Centre de services scolaire de la Capitale, mais des parents se sont plutôt fait dire par les entraîneurs sur place que la taille occupait une place importante dans le processus de sélection.

En larmes

« Ça nous a vraiment heurtés dans nos valeurs », affirme la mère d’une jeune fille, qui a demandé l’anonymat puisque le processus de sélection est toujours en cours.

Cette dernière voulait inscrire sa fille dans cette concentration pour la motiver à aller à l’école, et non pas pour lui faire pratiquer une discipline de niveau compétitif, explique-t-elle.

« Je pensais que l’objectif des programmes particuliers au public, c’était de permettre aux élèves de réussir en allant chercher leur intérêt afin de les garder à l’école », laisse-t-elle tomber. 

Cette expérience a eu tout l’effet contraire sur sa fille, qui est sortie en larmes de l’activité de sélection.

De son côté, le Centre de services scolaire de la Capitale maintient qu’il n’y a pas de « mensurations minimales » ni d’exigences spécifiques pour être accepté dans ce programme.

Nicolas Prévost.
Président de 
la FQDE
Photo courtoisie
Nicolas Prévost. Président de la FQDE

« Pourquoi mesurer les élèves alors ? », rétorque Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE), qui dénonce cette pratique.

« Les jeunes vont grandir encore »

Au club de volleyball Essor, qui encadre l’entraînement des élèves inscrits dans trois programmes de sport-études de la région de Québec, aucune mensuration n’est prise lors de la sélection des élèves en sixième année. 

« Pour nous, la taille n’est pas très importante parce qu’à cet âge-là, tous les jeunes vont grandir encore », indique un des responsables, Rock Picard.  

Des réactions 

« Je pensais avoir tout vu en matière de tri des élèves dans les programmes particuliers. Mais si des élèves sont vraiment choisis en fonction de leurs mensurations, ça viendrait rajouter une couche d’iniquité à un système qui est déjà très injuste. »

– Stéphane Vigneault, coordonnateur du mouvement École ensemble

« Les programmes particuliers, c’est excellent et c’est très motivant pour les élèves, mais ça doit être fait sans critères de sélection, qu’ils soient académiques, financiers ou physiques. »

– Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.