/opinion/columnists
Navigation

Français à Ottawa : la langue de Steeve

Steeve Charland
Photo tirée de Facebook Steeve «L'Artiss» Charland.

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi donc, sur plusieurs dizaines de gens à comparaître devant la Commission sur l’état d’urgence, officiellement bilingue, un seul l’a fait en français : soit un certain Steeve Charland, chef des Farfadaas. Tous les autres, y compris les francophones, l’ont fait complètement ou essentiellement en anglais. 

Voilà où en est le français à Ottawa : c’est la langue de Steeve!

C’est le chef de notre bureau à Ottawa, Guillaume St-Pierre, qui a signalé mardi la remarquable absence du français (à part pour Steeve) dans cette commission présidée par un Franco-Ontarien, le juge Paul Rouleau, qui a commencé en affirmant que chacun pourrait s’exprimer dans la langue de son choix.

Le bilinguisme canadien se porte merveilleusement bien puisque des francophones assimilés choisissent «librement» la langue de maîtres de manière à ce que les anglophones n’aient jamais à comprendre autre chose que leur propre idiome.

C’est le bilinguisme pour les francophones. C’est le monolinguisme pour les anglophones.

Assimilés

À la commission Rouleau, l’exemple le plus éloquent vient des trois hauts gradés du Service canadien du renseignement de sécurité, dont son grand patron, David Vigneault, qui ont choisi de comparaître en anglais.

Ce Vigneault, ainsi qu’une Chayer et une Tessier, également de gros bonnets du renseignement, ont choisi l’anglais. Évidemment! Qui voudrait parler la «langue de Steeve»?

Lueur d’espoir

Le seul rayon de soleil, dans ce contexte d’effondrement linguistique, provient d’un syndicat étudiant collégial, la FECQ, qui réclame de meilleurs cours de français, plus sévères, plus tôt et comportant un minimum de 200 heures par année!

Il faudra replonger notre belle jeunesse dans les livres, en effet, si on veut lui rappeler qu’avant d’être la «langue de Steeve» à Ottawa, le français était celle de Molière!

Il faudra aussi que le comité de francisation de la «Ricaneuse» à Montréal, dont Louise Harel fait partie, sorte de son année et demie de silence radio!

  • Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 45 via QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.