/lifestyle/columnists
Navigation

Je fais quoi avec mon fils?

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement à sa sœur aînée, qui est fonceuse, le plus jeune de nos deux enfants, et le plus fragile aussi puisqu’au primaire il avait été victime d’intimidation, a toujours joué la carte de l’effacement. Arrivé au secondaire l’an dernier, on craignait qu’il se fasse de nouveau exclure du groupe, mais c’est le contraire qui s’est passé. Jamais il ne s’est plaint de harcèlement de toute l’année dernière. Mais ce n’est que cette année que nous avons été convoqués à l’école pour apprendre qu’il faisait lui-même partie du groupe de harceleurs. Ça nous a jetés par terre, mon mari et moi.

Il semblerait que notre fils ait été pris sous l’aile du chef de la bande qui sème la terreur, et qu’il soit identifié comme un harceleur passif. Autrement dit, il suit la parade, mais du bord des méchants. On n’en revient pas, mon mari et moi. La direction de l’école nous a convoqués pour nous informer de la campagne menée dans l’établissement pour que ça cesse, et de l’obligation qu’on avait de faire parler notre fils pour qu’il exprime la souffrance qui est peut-être à l’origine de sa propension à vouloir harceler pour se venger de certains camarades.

Bien qu’il reconnaisse avoir fait partie de la gang qui fait du tort à un garçon plus fragile de son groupe, je peux jurer que notre fils n’a rien de méchant en lui. Comment un enfant qui a tant souffert de ça au primaire peut-il se laisser aller à faire pareil à un autre, quand il sait à quel point ça détruit la victime ? On se demande, mon mari et moi, ce qu’on a fait de pas correct et ce qu’on pourrait faire pour qu’il ne récidive plus.

C’est toffe par bouts d’être parent

Oui c’est toffe d’être parent parce qu’il ne faut jamais baisser la garde. J’imagine que la direction de l’école vous a donné les principes à suivre dans un tel cas. D’abord, il ne faut en aucun cas diaboliser votre garçon pour ne pas risquer de perdre le contact avec lui. Amenez-le à parler des raisons qui l’ont poussé à se ranger du côté des harceleurs quand il connaît si bien la souffrance qu’il impose à sa victime. 

Il faut le comprendre et non le juger. Posez-lui des questions pour saisir ce qui l’a motivé à faire ça. Faites-lui parler de l’attrait que présente pour lui le harceleur/meneur. Surveillez aussi à distance ce qu’il fait sur le web pour voir s’il ne va pas y puiser des raisons d’agir ainsi. Rappelez-vous aussi ce que disent les spécialistes : « Même s’ils ont une influence moindre dans le groupe, les harceleurs passifs jouent un rôle important dans le phénomène, car s’ils n’étaient pas là pour encourager les meneurs, il n’y aurait pas de harcèlement. » C’est pourquoi il ne faut jamais baisser la garde.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.